7s7
Pensez à l'environnement. Réfléchissez avant d'imprimer!

La police appelle à l'apaisement au parc Maximilien

Par: rédaction
22/08/17 - 16h19  Source: Belga
© photo news.

Des sacs de couchages ont été ramassés et jetés par la police lundi matin, vers 07h00, au parc Maximilien à Bruxelles, rapportent mardi les quotidiens La Libre Belgique et La Dernière Heure (DH). Des membres de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés se sont ensuite entretenus en soirée avec le commissaire à la direction générale de la police de Bruxelles-Ixelles, en charge du parc Maximilien, indique mardi la porte-parole de la police locale, Christine Vanriet.

Lundi matin, des agents de Bruxelles Propreté, accompagnés de policiers bruxellois, ont nettoyé le parc Maximilien, explique Medhi Kassou, membre bénévole de la Plateforme citoyenne. "La police de Bruxelles confirme qu'une trentaine d'arrestations, uniquement administratives, de personnes qui ont tenté de perturber le ramassage ont eu lieu. Elle intervient quasiment tous les jours pour encadrer le nettoyage du parc Maximilien", signale-t-il.

"Ces interventions n'ont pas pour but d'arrêter les migrants, mais à la vue des policiers, ils sont nombreux à détaler, laissant leurs affaires derrière eux", poursuit-il. "Ces affaires sont alors considérées par Bruxelles Propreté comme des dépôts sauvages et elles sont ramassées. Lors de la réunion, la police locale nous a envoyé un message d'apaisement. Une note va être envoyée pour rendre ces nettoyages moins violents et éviter des départs précipités".

Un collectif wallon a réalisé samedi une première distribution de centaines de sacs de couchage et tapis de sol qui portaient les noms de citoyens solidaires. De 400 à 500 personnes ont répondu à l'appel lancé il y a deux à trois semaines, parmi lesquels le président du PS liégeois Jean-Pierre Hupkens, les deux coprésidents d'Ecolo Patrick Dupriez et Zakia Khattabi ou encore Raoul Hedebouw (PTB).

"Le jour où il y aura une rafle importante, on portera plainte collectivement pour vol", avertit Philippe Mercenier, citoyen liégeois à l'initiative de ce collectif wallon.

Accusations de racket
Par rapport aux accusations de racket de la part de policiers, Medhi Kassou avance que des GSM ont été saisis dans le cadre d'enquêtes mais qu'aucun vol direct de policiers ne lui est parvenu. Pour lui, il s'agit probablement d'exagérations liées, par exemple, à des affaires jetées ou au pire d'un cas isolé.

"Lors de la vague migratoire de 2015, on avait affaire à une population syrienne et irakienne assez aisée qui avait vendu ses biens pour fuir la guerre. Donc, ces gens avaient de l'argent et je n'ai jamais entendu parlé de racket par des policiers. Aujourd'hui, on peut dire que 95% des personnes au parc ont très peu d'argent et vivent surtout du troc. Ceux qui détiennent un montant certain vont jusqu'à l'enterrer pour le cacher, car la menace n'est pas la police mais les gens autour d'eux qui ont besoin d'argent."

Il apprécie par ailleurs qu'à la suite de la fermeture de la toilette publique du parc le 14 août, la Ville ait installé dès la semaine dernière 4 cabines fermées et des urinoirs.

Tous les droits réservés.