7s7
Pensez à l'environnement. Réfléchissez avant d'imprimer!

Joëlle Milquet à la rescousse du cdH à Bruxelles

Par: rédaction
22/02/19 - 06h09  Source: Belga
© belga.

A Bruxelles, Joëlle Milquet sera tête de liste cdH pour la Chambre en vue des élections du 26 mai prochain, écrivent vendredi La Libre et L'Echo. Pierre Kompany, bourgmestre de Ganshoren, sera numéro deux. Le député Georges Dallemagne poussera la liste fédérale.

© belga.
© photo news.
© photo news.

Au niveau régional bruxellois, c'est l'actuelle ministre de l'Environnement et du Logement, Céline Frémault, qui tirera la liste cdH. Elle sera suivie par l'ex-présentateur de RTL Philippe Malherbe, comme le révélait Le Soir lundi.

L'information a ensuite été officiellement annoncée vendredi matin par les deux têtes de listes et le nouveau président du cdH, Maxime Prévot.

Il ressort également de la conférence de presse que l'on se dirige de plus en plus vers l'attribution de la tête de liste européenne cdH à l'ex-président du parti, Benoît Lutgen, même si officiellement, rien n'est annoncé. Une certitude: L'actuelle présidente du parlement francophone bruxellois, Julie de Groote, figurera sur cette liste.

"Je ne cache pas que j'ai hésité à accepter de tirer la liste à la Chambre car le monde politique évolue dans des formes que je n'aime pas: phrases assassines, manque de respect de l'adversaire, simplisme, ... mais j'ai accepté le défi parce que Maxime (Prévot), qui me l'a demandé, arrive avec un nouveau souffle, une ligne et une méthode dans lesquelles je me retrouve", a commenté Joëlle Milquet. Celle-ci a promis de mener une campagne, avec Céline Fremault et les autres candidats, qui sera "différente", "correcte", "humble" et caractérisée par "l'empathie" pour les gens.

Au passage, Mme Milquet a rejeté toute intention malhonnête ou avoir commis une infraction dans le cadre du dossier "vide" qui lui vaut encore toujours une inculpation, sans procès, cinq ans après le début d'une enquête la concernant.

L'ex-ministre fédérale de l'Intérieur du gouvernement Di Rupo est toujours sous le coup d'une inculpation pour "prise illégale d'intérêt" dans le dossier de certains emplois de son cabinet. La justice cherche à savoir si ces personnes n'ont pas été engagées pour la campagne électorale de la ministre.

Pour Maxime Prévot, il est légitime de se poser des questions, "mais nous assumons notre réponse. Nous ne nions pas la procédure, mais nous ne la surdimensionnons pas. Cela ne doit pas magnétiser l'énergie que nous devons consacrer à ce qui est positif pour Bruxelles", a-t-il dit, faisant état de la grande popularité qu'a conservée l'ex-présidente.

© belga.

Tous les droits réservés.