Plein écran
Le fameux logo de la “Dodentocht” (ou “marche de la mort”). © kos

50e édition de la "marche de la mort": 24 heures pour faire 100 kilomètres

Les premiers participants de la “Dodentocht” ont franchi samedi matin à Bornem la ligne d'arrivée, sept heures après s'être lancés à l'assaut de cette course de 100 km. Aucun gagnant n'a été désigné puisque cette épreuve physique n'est pas une compétition.

Une quinzaine de coureurs sont arrivés ensemble après avoir bouclé cette "marche de la mort" qui s'étale sur le Petit Brabant, entre Anvers, Bruxelles et Gand. Le reste des 13.000 autres courageux doit terminer le parcours d'ici 21h00, soit 24h après le départ, pour voir sa performance prise en compte.

Le vent et quelques averses sont également de la partie lors de cette 50e édition, mais la température est idéale pour la marche, estime l'organisation.

La boucle part de Bornem en province d'Anvers, pousse une pointe jusqu’à Merchtem dans le Brabant flamand et remonte par Buggenhout en Flandre orientale. Certains passages, abandonnés lors des précédentes éditions, ont refait surface pour cette édition anniversaire.

De nombreux postes de contrôle et de secours sont disposés le long du parcours pour accueillir les participants qui auraient besoin d'une petite pause, d'un ravitaillement ou de soins prodigués par la Croix-Rouge.

Plein écran
Dodentocht 2018 © BELGA
  1. Nouvelle déception pour les Red Panthers, le maintien pas encore assuré

    Nouvelle déception pour les Red Panthers, le maintien pas encore assuré

    La Belgique (FIH-9) s'est inclinée 1-2 devant l'Irlande (FIH-8) dans son premier match de classement pour les places 5 à 8 du championnat d'Europe de hockey féminin, vendredi à Anvers. Grâce à ce succès, les vice-championnes du monde irlandaises ont assuré ainsi leur maintien au premier échelon du hockey européen. Les Belges devront remporter leur dernier match dimanche contre la Biélorussie afin d'éviter une éventuelle relégation en Division B.