Plein écran
© Photo News

“À peine un administrateur sur quatre est une femme dans les fédérations sportives”

Seulement 23 pour cent des administrateurs de l'ensemble des fédérations sportives olympiques dans notre pays sont des femmes. En Flandre, on en retrouve 16% et 29% en Wallonie. C'est ce qui est ressorti d'une récente enquête internationale dont les chiffres ont été dévoilé lors d'un colloque organisé à Louvain par le Task Force "Woman & Sports" du COIB.

Dans le cadre de cette enquête, des données de 18 pays européens ont été rassemblées. Alors que l'on retrouve 31% de femmes parmi les membres de ces fédérations nationales, elles sont seulement 23% dans les conseils d'administration et 8% sont présidentes. 

En Flandre, il y a seulement une femme présidente sur les 32 fédérations, pour 3 sur 29 en Wallonie. En ce qui concerne les femmes coachs, on en retrouve 20% en Flandre et 25% en Wallonie. Cette enquête a aussi montré que seules 23% des fédérations ont un plan pour davantage de parité hommes-femmes. 

Durant la journée d'étude, les résultats d'une enquête du COIB auprès de 214 femmes administratrices, athlètes, officiels et coaches ont également été publiés. 68,2% d'entre elles estiment que les femmes sont sous-représentées dans les structures des fédérations sportives. 60,9% pensent qu'il est important que des femmes soient responsabilisées dans la structure et 65% que l'avis d'une femme doit être respecté de la même manière que celui d'un homme.

“Une valeur ajoutée”

Cette enquête a aussi montré que les athlètes féminines sont mécontentes de l'attention médiatique et des indemnités qu'elles reçoivent. 70% sont d'avis que les femmes ne reçoivent pas autant d'attention médiatique que leurs homologues masculins et 72% pensent que les athlètes féminines sont moins estimée sur le plan financier. 34,1% des athlètes interrogées déclarent également qu'elles ont été régulièrement confrontées à de l'intimidation.

En marge de l'étude, Dominique Monami, ancienne joueuse de tennis et coach, a déclaré que la présence des femmes dans les instances dirigeantes des organisations sportives "nécessite un changement de mentalité chez une partie des hommes". "Ils doivent commencer à se rendre compte que les femmes ont une valeur ajoutée dans l'élaboration de la politique. Après tout, les femmes ont des points de vue différents de ceux des hommes et sont donc complémentaires. Afin d'attirer les femmes à ces postes, les hommes doivent aussi les accueillir et leur apporter une valeur ajoutée au conseil d'administration".

Monami se dit également troublée par l'approche déséquilibrée des médias lorsqu'il s'agit d'athlètes masculins ou féminins et par le fait que les athlètes féminines sont beaucoup moins promus que leurs collègues masculins dans les médias. "Enfin, quelque chose commence à bouger avec par exemple les footballeuses et les spécialistes de cyclo-cross. Le fait que le sport féminin soit médiatisé est très important pour encourager d'autres femmes à pratiquer ces sports.”

  1. La fédération européenne d’e-sport s’installe à Bruxelles

    La fédération européenne d’e-sport s’installe à Bruxelles

    Le secteur de l'e-sport vient de choisir Bruxelles pour établir le siège de sa fédération européenne. Outre la dimension internationale de la ville, l'expérience des associations internationales, la santé du secteur audiovisuel local et un cadre juridique favorable aux associations ont motivé ce choix, qui sera entériné lors d'un congrès fondateur le 21 février prochain dans la capitale, a annoncé mercredi le cabinet du secrétaire d'Etat au Commerce extérieur et aux Relations européenne de la Région bruxelloise, Pascal Smet (one.brussels-sp.a).