Plein écran
© afp

Cette phrase de Michael Jordan a “déçu” Barack Obama

Michael Jordan a reconnu que sa réticence à s'exprimer sur le terrain politique au cours de sa carrière en NBA était "probablement égoïste", ajoutant ne s'être "jamais considéré comme un activiste", dans le documentaire "The Last Dance" diffusé dimanche sur ESPN. Ce cinquième épisode a été marqué par l’intervention de Barack Obama qui a avoué avoir été déçu par la phrase polémique du basketteur “Les Républicains achètent aussi des sneakers”, prononcée il y a 30 ans. 

"Je félicite Mohamed Ali d'avoir défendu ses convictions", a déclaré Jordan. "Mais je ne me suis jamais considéré comme un activiste. Je me considérais comme un basketteur. Je me concentrais sur mon métier. Était-ce égoïste? Probablement. Mais c'est là que mon énergie était", a expliqué le basketteur dans le documentaire.

Si l'extraordinaire parcours sportif du plus grand basketteur de tous les temps occupe une place centrale dans "TLD", des sujets moins glorieux sont abordés, tel son refus de faire entendre sa voix sur les questions politiques ou sociétales de son pays.

En 1990, il lui avait été reproché de ne pas soutenir le candidat démocrate noir Harvey Gantt dans la course sénatoriale en Caroline du Nord contre l'élu républicain Jesse Helms, pourtant connu pour ses positions racistes.

"Les Républicains achètent aussi des sneakers", avait alors dit Jordan. Une phrase polémique que l'intéressé a confié avoir prononcée sur le ton de la plaisanterie en privé. "Je ne pense pas que cette citation doive être corrigée parce que je l'ai dite en blaguant dans un bus avec (mes coéquipiers) Horace Grant et Scottie Pippen."

“Sortie de son contexte”

"Elle a été sortie de son contexte. Ma mère a demandé de faire une déclaration publique en faveur de Gantt, et j'ai dit: ‘écoute, maman, je ne parle pas comme ça de quelqu'un que je ne connais pas. Mais j'enverrai une contribution pour le soutenir’. C'est ce que j'ai fait", a-t-il dit.

Dans le documentaire, Barack Obama a confié avoir été déçu par la phrase de "MJ". "Je vais être honnête, pour quelqu'un qui se préparait à l'époque à une carrière en droit civil et sachant ce que Jesse Helms représentait, je voulais voir Michael y aller plus fort."

Jordan a affirmé n'avoir pas de regret."Cela ne suffira jamais à tout le monde, et je le sais", a-t-il dit. "Parce que tout le monde a une idée préconçue de ce que je dois faire et ne pas faire. La façon dont je gère ma vie est de donner des exemples. Si cela vous inspire? Génial, je continuerai à le faire. Sinon? Alors peut-être que je ne suis pas la personne que vous devriez suivre."