Plein écran
© photo_news

Charline Van Snick: "Ce n'était pas mon jour"

Après plusieurs minutes de mutisme, symbole de la grosse déception provoquée par son élimination prématurée au Grand Chelm de judo de Paris samedi, Charline Van Snick (-52 kg) a seulement pu expliquer cette contre-performance en estimant que ce n'était pas son jour.

Après avoir dû quitter prématurément le Grand Chelem de Paris en 2017 juste après son passage de la catégorie des -48 kg à celle des -52 kg, Van Snick a vécu de nouveau ce mauvais moment. Cette année, la surprise était plus grande car entre-temps l'an dernier, la Liégeoise avait pris la 5e place de ce pretigieux tournoi.

"Au début du match contre la Brésilienne (Eleudis Valentim, 32e mondiale, NDLR), j'avais encore un bon feeling, mais il a disparu à mesure que le combat avançait. J'ai continué à croire en la victoire jusqu'à la fin, mais d'un autre côté, je dois admettre que mes attaques ont manqué de tranchant pour réussir. A l'inverse, la Brésilienne a très bien joué tactiquement et la défaite n'est donc pas une surprise. Bien sûr, un combat de près de dix minutes (avec le golden score) est très dur et cela compte peut-être double dans la déception".

Van Snick avait déjà mal débuté sa compétition en se retrouvant menée de deux avertsissements dans son premier combat. Elle a réussi à placer son attaque décisive à 57 secondes de la fin et à s'imposer finalement par waza-ari aux dépens de la Française Marie Orsini (WTA 176).

"Ce n'était peut-être pas mon jour," a-t-elle dit. "Mais je suis convaincu qu'il faut vraiment que je soit présente aux championnats d'Europe (Minsk en juin, ndlr) et aux championnats du monde (Tokyo fin août, ndlr)", a ajouté la médaille de bronze des JO de Londres.