Plein écran
© afp

Eliud Kipchoge élu Athlète mondial masculin de l'année

Eliud Kipchoge a été récompensé du titre d'Athlète mondial masculin de l'année par la fédération internationale d'athlétisme (IAAF), mardi lors d'une soirée de gala à Monaco. Le Kenyan, 34 ans, a établi mi-septembre un nouveau record du marathon en signant un temps incroyable de 2h01:39 à Berlin. Champion du monde du 5.000 mètres en 2003, il a également été champion olympique du marathon à Rio en 2016.

Kipchoge a été préféré au sprinteur américain Christian Coleman, au perchiste Armand Duplantis, au nouveau recordman du monde français du décathlon Kevin Mayer ainsi qu'au Mauritanien Abderrahman Samba, spécialiste du 400m haies.

Chez les dames, la Colombienne Caterine Ibarguen a succédé au palmarès à Nafissatou Thiam, qui était nominée en compagnie de la Britannique Dina Asher-Smith, la Kenyane Beatrice Chepkoech et la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo.

Le choix a été effectué par trois groupes différents. Le Conseil de l'IAAF (dirigeants) dispose de 50% des voix, les votes de la famille de l'IAAF (membres) et du public (via internet) comptent chacun pour 25%. Les votes se sont achevés le 12 novembre.

Armand Duplantis, nouvelle star mondiale du saut à la perche, a été nommé Rising Star (étoile montante) masculin. Le Suédois, 19 ans, a été sacré champion d'Europe en passant la barre de 6m05 et a été couronné champion du monde juniors. L'Américaine Sydney McLaughlin, 19 ans également, a remporté le prix chez les dames. Cette saison, elle a amélioré à deux reprises le record du monde U20 sur 400m haies et possède aussi le meilleur chrono seniors de l'année, en 52.75.

  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.