Et maintenant, le rêve olympique pour les Belgian Tornados

Enfin récompensé au niveau mondial,  le relais belge rêve légitimement de faire aussi bien à Tokyo, dans dix mois, pour compléter la collection. 

Enfin! Les Belgian Tornados tournaient autour depuis le début de l’aventure, ils ont enfin réussi à enlever la médaille mondiale qui semblait obstinément se refuser à eux. Quatre fois quatrièmes et une fois cinquièmes en finale des Championnats du monde, les Borlée et compagnie ont vu leur patience récompensée. 

Avec une seule petite ombre au tableau pour Jacques Borlée, l’absence de Jonathan, blessé aux ischio-jambiers et resté en Belgique. “J’ai évidemment une pensée pour lui. Il est dans le projet Tornados depuis 11 ans et ça doit être dur pour lui, mais je suis certain qu’il reviendra”, insistait-il au micro de la RTBF, dimanche soir. 

Plein écran
© BELGA

Car si les Tornados tiennent enfin leur médaille au plus haut niveau, les ambitions, elles, sont encore là. Et on pense naturellement aux Jeux Olympiques de Tokyo, l’été prochain, où le 4x400 mètres belge sera présent pour la quatrième Olympiade consécutive. Cinquièmes à Pékin en 2008, sixièmes à Londres en 2012 et quatrièmes à Rio en 2016, les Belgian Tornados n’ont encore jamais offert de médaille olympique à la Belgique. “Si on veut concurrencer les meilleurs du monde à Tokyo, il faudra encore que les athlètes progressent individuellement, mais j’espère qu’on pourra y mettre la cerise sur le gâteau”, analyse Jacques Borlée. 

Champions d’Europe (en salle et à l’extérieur), médaillés à plusieurs reprises aux Mondiaux de relais et, désormais, médaillés aux championnats du monde: les Belgian Tornados ont déjà 13 médailles à leur impressionnant palmarès, mais la 14e pourrait être la plus belle de toutes. Et vu la prestation livrée dimanche par Jonathan Sacoor, Robin Vanderbemden, Dylan et Kévin Borlée, tous les espoirs sont permis.  

Plein écran
© BELGA
Plein écran
En route pour une médaille à Tokyo? © Photo News
  1. Neuville célèbre son titre de vice-champion du monde et le titre constructeur de Hyundai

    Neuville célèbre son titre de vi­ce-champion du monde et le titre construc­teur de Hyundai

    L'annulation du Rallye d'Australie - en raison des incendies frappant la Nouvelle Galles du Sud dans le sud du pays - a figé les positions du championnats du monde WRC. Thierry Neuville, pour la cinquième fois, est vice-champion du monde. Le pilote germanophone et son co-pilote, Nicolas Gilsoul, ont célébré mardi aussi le premier titre des constructeurs de leur employeur, Hyundai que les deux hommes ont rejoint en 2014.