Plein écran
Jacky Ickx. © photo_news

Jacky Ickx au panthéon de la FIA

Jacky Ickx et Tom Kristensen en tête, 29 champions du monde d'endurance (WEC et ex-WSC), ont fait leur entrée au Hall of Fame de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) lors d'une cérémonie réunissant les plus grands noms de la catégorie à Paris lundi.

Ickx, vainqueur des 24 heures du Mans à six reprises (1969, 1975, 1976, 1977, 1981 et 1982), et Kristensen rejoignent les 33 champions du monde de l'histoire de la Formule 1 et les 17 sacrés en rallye (WRC) qui ont été intronisés dans ce panthéon du sport automobile depuis son inauguration par la FIA, il y a deux ans dans son siège parisien place de la Concorde, au pied des Champs-Elysées.

"Il y a toutes les générations, les jeunes, les anciens. On fait tous partie de la même corporation, du même clan", a souligné à l'AFP Jacky Ickx, également deux fois vice-champion du monde de Formule 1 et lauréat de huit Grands Prix. "Et ça, ce sont des moments privilégiés. On voit des gens de notre époque, des nouveaux... ça nous permet vraiment d'être ensemble.”

Tom Kristensen, qui a détrôné le Belge en portant à neuf le record de victoires au Mans en 2013, partage le même avis: "C'est formidable d'être aux côtés de champions plus anciens et de pouvoir les saluer, ceux qui m'ont inspiré quand j'ai grandi et que je faisais du karting", a-t-il appuyé. 

  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.