Hugh Robertson, président comité olympique britannique.
Plein écran
Hugh Robertson, président comité olympique britannique. © Photo News

La Grande-Bretagne et la Norvège prêtes également à faire une croix sur les JO de Tokyo

La Grande-Bretagne est prête à suivre l'Australie et le Canada et ainsi faire une croix sur les Jeux Olympiques de Tokyo, prévus cet été au Japon, alors que la pandémie du coronavirus continue à paralyser la planète entière. Hugh Robertson, président comité olympique britannique (BOA), l'a déclaré lundi.

"Si le virus se développe comme notre gouvernement le prévoit, il n'est pas question d'y aller", a dit Hugh Robertson. "Je ne vois aucune possibilité pour nos athlètes d'être bien préparés le jour J. Les centres d'entraînement sont fermés et cela semble parti pour durer. Je m'attends donc à ce que nous imitions l'Australie et le Canada."
Le président du BOA a ajouté qu'il n'était "peut-être pas décent" de participer aux Jeux Olympiques à l'heure actuelle.

La Norvège a elle aussi émis un avis négatif quant à la tenue des Jeux aux dates actuelles (24 juillet - 9 août). "La Norvège ne devrait pas envoyer d'athlètes si c'est maintenu", a déclaré Berit Kjoll, présidente du Comité olympique norvégien (NIF). Ce n'est que lorsque le coronavirus sera complètement sous contrôle que Mme Kjoll estime que la Norvège pourra envoyer ses olympiens au Japon.

L’Espagne, le Brésil, l'Autriche, la Pologne, la Serbie et la Croatie ont également demandé au Comité international olympique (CIO) de reporter les Jeux. Lundi, le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) a lui déclaré qu'il "restait confiant" quant à la possibilité d'organiser les JO l'été prochain et qu'il "était trop tôt pour ne plus y croire".