Plein écran
Le stade Roi Baudouin © BELGA

Le stade Roi Baudouin est sauvé sans être rénové: “Une situation surréaliste”

MISE À JOURLe stade Roi Baudouin est maintenu, a confirmé la Ville de Bruxelles à Le Soir et à la RTBF. Mais le chemin vers une rénovation en profondeur est encore long. 

L’exploitation actuelle, c’est-à-dire les matchs des Diables, deux concerts par an et le mémorial Van Damme, a été confirmée par la Ville de Bruxelles. “Certains ajustements seront réalisés aux abords du stade pour répondre à certaines exigences sécuritaires et pour permettre l’aboutissement du projet Neo” explique Benoît Hellings, l’échevin des sports de la Ville de Bruxelles.

Le projet Neo est la construction d’un nouveau quartier au pied de l’Atomium. 590 logements, 72.000m² d’espace commercial, 9.000m² de restaurations et tout un pôle loisir. La survie du stade Roi Baudouin n’était, à la base, pas envisageable dans l’éclosion du projet Neo. “Il a donc fallu trouver des solutions”, poursuit l’échevin. Rien ne presse cependant, le projet Neo attend l’octroi des permis qui pourrait arriver en 2023.

Problème de financement

Jugée hors de prix, la construction d’un nouveau stade a été rejetée par la Ville. Une rénovation est toujours d’actualité, mais les obstacles restent nombreux. “La Ville n’y est pas opposée mais son financement restera le même. Globalement, nous fonctionnons avec une enveloppe qui varie de 800.000 euros à 1,2 million d’euros par an d’investissements”, rappelle Benoît Hellings. 

D’après la RTBF, la Ville estime la pérennisation du stade à 150 à 200 millions d’euros. “Elle doit être pensée sur le long terme, sur quinze ou vingt ans. C’est pendant ces années-là que nous devons investir pour rénover petit à petit” estime l’échevin des Sports. En 1998, la dernière rénovation avait couté 25 millions d’euros.

Pour une rénovation plus en profondeur, la Ville passe donc son tour. La solution pourrait être un projet porté par les fédérations. Le “Golden Generation Arena” lancé il y a quelques mois, soutenu par les sportifs Eden Hazard, Nafi Thiam et Kevin Borlée, pourrait être l’heureux élu. Peter Bossaert, le CEO de l’Union belge de Football devait faire appel à des étudiants en architecture et en ingénierie pour plancher sur un projet.

Une situation surréaliste pour l’opposition

Interrogé par Belga sur la nature précise de la décision du collège, mercredi, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) a précisé que celle-ci portait “juste” sur “une prolongation d’un an de la convention liant la Ville et l’Union Belge (ndlr: de football) pour l’occupation du stade, aux mêmes conditions que précédemment. Rien d’autre”.

Passé dans l’opposition au conseil communal, Geoffroy Coomans de Brachène évoque quant à lui une “situation surréaliste”. L’élu libéral a notamment rappelé que l’option d’un nouveau stade sur le site du parking C avait été soutenue en 2013 au niveau régional par une majorité dont faisaient partie le PS, le cdH, mais aussi Ecolo.

Quant à Philippe Close, “après avoir milité pour un nouveau stade sur le parking C, ensuite pour une rénovation du stade Roi Baudouin in situ, il décide à présent de ne plus rien faire, sans vision, ni perspective pour ce temple du sport. Cela s’apparente à un enterrement de première classe pour le projet Neo, ce qui ne devrait pas déplaire aux nombreux riverains, sur le plateau du Heysel”, a ajouté M. Coomans de Brachène.