Plein écran
© Photo News

Les Belgian Cats dans un groupe relevé sur la route vers Tokyo

JO 2020Les Belgian Cats, équipe nationale féminine de basket, défieront le Canada (FIBA 4), le Japon (FIBA 10) et la Suède (FIBA 22) lors du tournoi de qualification olympique pour les Jeux de Tokyo 2020, prévu du 6 au 9 février à Ostende. Telle a été l'issue du tirage au sort effectué au siège de la fédération internationale de basket (FIBA), mercredi à Mies, en Suisse.

Les Belges (FIBA 9) devront terminer à une des deux premières places pour assurer leur qualification. Une troisième place peut également suffire si le Japon, pays hôte des JO et donc déjà qualifié, termine devant.

“C’est le pire des groupes”, a commenté Julie Allemand, la meneuse des Belgian Cats et de LDLC ASVEL. “Cela va être très difficile. Il va falloir compter sur les supporters et le fait que l’on joue à la maison”, a estimé la Liégeoise de Lyon, 23 ans. “Pour ça, les matches de qualification pour l’Euro 2021 nous ont fait du bien”. 

La Belgique avait en effet battu aisément l’Ukraine à Charleroi au début du mois puis la Finlande pour ses deux premiers matches de poule “retrouvant la joie de jouer après un Euro à Belgrade qui avait laissé un goût de trop peu”, avait commenté Philip Mestdagh, le sélectionneur national.

“C’est un groupe dangereux”, pense de son côté aussi Kim Mestdagh, 29 ans, l’ailière de Charleville-Mézières. “Ce ne sont pas des équipes qui nous sont inconnues et il n’y aura pas de surprises. Mais chaque pays va devoir jouer son meilleur basket, sauf le Japon qui est déjà qualifié. Jouer à la maison va certainement nous aider, mais il faudra être prêtes en tant qu’équipe.” 

“Canada et Suède seront les matches clés”

 “Ce n’est pas du tout un groupe facile pour se qualifier”, a reconnu le technicien flandrien. “Le Japon est déjà qualifié, mais c’est une équipe qui vient du pot 3. Une fois les USA sortis du pot 1, on savait déjà que c’était le Japon pour nous, puis soit Australie ou Canada comme adversaire du pot 1. Le Canada n’a rien à voir avec l’équipe que nous avons jouée en préparation pour l’Euro à Bruxelles. C’est une très bonne équipe, complète. Je ne pense pas que le voyage leur sera préjudiciable. La plupart des joueuses évoluent en Europe.”

“La Suède est l’équipe la plus forte du 4e chapeau. Je ne doute pas que le Japon va jouer le jeu convenablement, mais les Japonaises peuvent en quelque sorte décider de qui va se qualifier. Jouer à Ostende sera très important, il faudra que le public vienne nombreux. Cela pourrait être déterminant. Les matches contre le Canada et la Suède seront les matches clés. Car gagner seulement contre le Japon pourrait ne pas être suffisant”, a-t-il expliqué.

Une génération dorée autour d’Emma Meesseman

Ostende est l'un des quatre sites accueillant ces tournois de qualification qui doivent désigner 12 pays (sur 16) pour Tokyo. Bourges, Belgrade et Foshan sont les trois autres villes hôtes de ces tournois, tous d'un niveau d'un championnat du monde.

Pour la première fois, le basket féminin pourrait se retrouver aux JO avec une génération exceptionnelle articulée autour d'Emma Meesseman, digne successeur d'Ann Wauters qui, à 39 ans, rêve elle d'une "dernière danse" l'année prochaine au Japon (du 26 juillet au 9 août).

Le plateau olympique en basket est composé de 12 pays tant chez les dames que chez les messieurs où 24 pays (mais pas la Belgique) se disputeront eux les quatre places restantes. Le Japon (pays organisateur), l'Argentine, vice-championne du monde, l'Australie, la France, l'Iran, le Nigéria, l'Espagne, championne du monde, et les Etats-Unis se sont déjà qualifiés lors de la Coupe du monde en septembre dernier en Chine.