Plein écran
C’est parti pour la première édition des Brussels Urban Youth Games à Molenbeek. © Danny Gys / Reporters

Les Brussels Urban Youth Games, un projet plein d’espoir pour redorer le blason de Molenbeek

La commune de Molenbeek a donné lundi, sous un soleil de plomb, le coup d’envoi de la première édition des Brussels Urban Youth Games. Initié par Jacques Borlée, le coach des Belgian Tornados, l’évènement se déroule ces 24 et 25 juin sur différents sites et rassemble plus de 1.500 jeunes bruxellois. L’objectif? Donner un nouvel espoir à cette jeunesse et promouvoir les valeurs véhiculées par le sport, mais aussi restaurer l’image dégradée de la commune sur la scène internationale. Un projet ambitieux mais semé d’obstacles. “Le chemin est encore long”, nous confie l’initiateur du projet.

L’initiative a été imaginée par Jacques Borlée, le papa de Kevin et Jonathan, à la suite des attentats du 22 mars. “L’idée était d’inverser une tendance qui est terriblement négative, en particulier à l’étranger où tout le monde connaît Molenbeck”, nous explique-t-il au pied du Stade Edmond Machtens, toujours outré par la sortie de Trump qui avait qualifié Bruxelles de “trou à rats”.

“Ca passe par l’émotionnel mais aussi par la culture et le sport. D’où l’idée de créer un évènement international qui permet de montrer ces valeurs, de recréer des liens entre ses habitants, de transformer le hyper négatif en positif”, poursuit-il, caressant le rêve qu’un jour l’un de ces enfants participe aux JO de Los Angeles en 2028.

Plusieurs sportifs de renommée internationale comme Justine Henin, Emilie Sinia (hockey), Olivia Borlée, Toma Nikiforov (judo) ou Amal Amjahid (ju-jitsu) soutiennent le projet, mais aussi Jean-Michel Saive, qui a été nommé président du conseil d’administration de l’asbl en charge de l’évènement. “Le sport a plein de vertus: l’entraide, la camaraderie, la discipline, le respect, les valeurs de vivre ensemble, l’hygiène. Ces valeurs m’animent et m’ont accompagné tout au long de mon parcours sportif”, nous glisse le pongiste fraîchement retraité.

Plein écran
Plus de 1.500 enfants participent à l'évènement sportif. © Danny Gys / Reporters

Jean-Michel Saive: “Surpris par les infrastructures”

Football, hockey sur gazon, basketball, judo, tennis, athlétisme et natation: les enfants ont l’occasion de s’essayer à sept disciplines olympiques mais aussi à des jeux extra-sportifs et éducatifs. Pour faire de ces deux journées sportives une réussite, la commune a mis à disposition toutes les infrastructures dont elle dispose: le bassin de natation, le site du Sippelberg, le Scheutbos, le TC du Chalet...

“Je dois dire que je suis très impressionné par les infrastructures”, avoue “Jean-Mi”. C’est la première fois que je viens et cela n’a rien à voir avec l’image qu’on a de l’extérieur”. J’ai été surpris quand on m’a dit qu’il y avait une piscine olympique. Il y a plein de belles choses qu’on ne connait pas. C’est bien pour Bruxelles et pour le pays de montrer qu’il y a aussi autre chose. Les enfants le méritent aussi. Une journée comme ça peut un peu changer l’image qu’on a de Molenbeek”.

La réticence des partenaires

Cela dit, organiser ce type d’évènement à Molenbeek a été loin d’être une sinécure, reconnaît Jacques Borlée. Nombreuses sont les entreprises à ne pas avoir voulu voir leur nom associé à celui de la commune d’où provenait une partie du commando des attentats du 13 novembre à Paris en 2015.

“Ca a été très compliqué. Les entreprises le disent ouvertement qu’elles ne veulent pas voir leur image associée à Molenbeek. Mais sans argent, vous n’inversez pas les choses. Il faut arriver à convaincre et c’est très dur, croyez-moi. Le chemin est encore long”, nous glisse-t-il. “Hélas, l’image de Molenbeek reste écornée sur le plan international et qu’on le veuille ou non, cela restera parce que les évènements sont ce qu’ils ont été. Quand moi j’ai pris la présidence, j’en ai un peu parlé et il y avait des froncements de sourcils”, abonde Jean-Michel Saive dans le même sens.

Ces deux journées de lundi et mardi sont placées sous la bannière “Il est exclu d’exclure”. Plus de 1.500 enfants de 5e et 6e primaire issus de plusieurs communes bruxelloises (Evere, Schaerbeek, Bruxelles-Ville, Etterbeek) participent à l’évènement, le tout dans la bonne humeur et sous le signe du fair-play.

Citation

Les critiques dont a fait l’objet Molenbeek ont permis à certains hommes politiques d’utiliser ça et de mettre en exergue tous les défauts de l’organisation bruxelloi­se. De pouvoir taper sur le clou et quelque part pour les Flamands c’était très bien pour leur électorat

Jacques Borlée, Initiateur du projet Brussels Urban Youth Games

Catherine Moureaux: “Un projet enthousiasmant”

Catherine Moureaux a tout de suite été emballée par l’initative lancée par Jacques Borlée. “C’est un projet enthousiasmant. Je n’ai pas hésité une seule seconde à me lancer dedans avec toutes les équipes de la commune. Pourquoi? Parce que je suis une ancienne sportive, je connais l’importance du sport en tant que médecin pour le développement physique et psychique de l’enfant. Nous sommes en train d’écrire une charte pour les écoles molenbeekoises et le sport y aura une grande place”.

“Molenbeek n’a pas à avoir une image internationale. Il faudrait qu’elle n’en ait plus. Un évènement comme celui-ci va servir quelque part à montrer ce qu’est vraiment Molenbeek, c’est-à-dire une cité ouverte, 100.000 habitants dynamiques, beaucoup d’enfants qui ont envie de respect et d’un bel avenir. Ca peut passer par le sport, par l’art et la culture”, prolonge la bourgmestre (PS) de la commune bruxelloise.

Plein écran
Catherine Moureaux et Jacques Borlée © Danny Gys / Reporters
Plein écran
Le hockey est l'une des disciplines auxquelles peuvent participer les enfants. © Danny Gys / Reporters
  1. Kyrie Irving signe officiellement aux Brooklyn Nets

    Kyrie Irving signe officielle­ment aux Brooklyn Nets

    Il ne restait qu'à signer officiellement le contrat. Après Cleveland et Boston, le meneur Kyrie Irving est désormais un joueur des Brooklyn Nets l'équipe du championnat NBA de basket. Le club new yorkais a également recruté cet été la superstar Kevin Durant, double champion NBA (2017, 2018) qui a choisi de quitter les Golden State Warriors. Opéré d'une rupture d'un tendon d'Achille lors de la finale 2019 perdue par Golden State face à Toronto (4-2), KD ne devrait pas jouer la saison prochaine.