Plein écran
© AFP

Les Lakers sont de retour, Luka Doncic candidat MVP

Après un peu plus de cinq semaines en saison régulière et un peu moins de vingt rencontres jouées sur les 82 du programme du championnat NBA de basket, le retour au premier plan des Los Angeles Lakers est la tendance la plus marquante. L'effondrement de Golden State est l'autre événement qui s'est affirmé. Milwaukee, Boston et Toronto se joueront encore la gagne à l'Est. 

A l'Ouest, Denver, les Los Angeles Clippers et Houston sont en mesure de rivaliser avec les Lakers. Au niveau des bonnes surprises, Dallas et Miami ont démontré de gros progrès depuis la saison dernière. Le talent de Luka Doncic, reconnu avec le titre de "rookie de l'année" en juin, explose littéralement. Le meneur slovène de Dallas est, à 20 ans à peine, cité à raison comme un candidat au titre de MVP. 

A la recherche d'une participation en playoffs, la dernière remonte à 2013, les Lakers ont pris la décision durant l'entre-saison de renoncer à presque tous ses joueurs d'avenir pour miser sur le présent. 

L'idée était de recruter Anthony Davis, probablement l'intérieur actuel le plus dominateur, et l'associer à LeBron James, le meilleur joueur de la NBA qui va fêter le 30 décembre ses 35 ans. Le pari paie puisque les "Pourpre et Or" ont aligné 16 victoires contre 2 défaites (Clippers et Toronto) et caracolent en tête de la redoutable "Western Conference". S'ils veulent aller loin, il faut absolument que Davis et James ne connaissent aucun pépin physique.

Autres paris d'emblée payants: les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George chez les Clippers (14 v-5 d), celle de Kemba Walker à Boston (13 v-4 d) et de Russell Westbrook à Houston (12 v-6 d). La continuité adoptée par Milwaukee (15 v-3 d), leader à l'Est, Denver (13 v-3 d), 2e à l'Ouest, et du champion en titre Toronto (13 v-4 d), 3e de l'"Eastern", s'avère elle aussi précieuse.

Grâce à Doncic (30,1 pts; 9,5 ast; 10,0 reb; 1,5 stl en moyenne), mais aussi au revenant Kristaps Porzingis (18,3 pts; 9,2 reb), Dallas est de nouveau dans la course aux playoffs (5e avec un bilan de 11 v-5 d). Miami profite de l'arrivée du "couteau suisse" Jimmy Butler qui retrouve son niveau All Star. Le Heat est lui aussi de retour dans le haut du classement (4e à l'Est, 12 v-5 d).

Plus inattendu est l'écroulement de Golden State. Le déménagement d'Oakland à San Francisco n'y est pour rien. En revanche, le départ de Kevin Durant à Brooklyn, et les sérieuses blessures des "Splash Brothers” Klay Thompson et Stephen Curry, ne sont pas étrangères à la dernière place de l'équipe qui a disputé les cinq dernières finales et décroché trois titres. La "Dynasty" des Warriors qui a été considérée comme peut-être la meilleure équipe de l'histoire tant elle dominait son sujet n'est plus.

Plein écran
© AFP
  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.