Plein écran
Witold Banka. © EPA

Moins qu'un club de foot moyen: le futur patron de l'agence mondiale antidopage souligne un budget “ridicule”

Le futur président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), le Polonais Witold Banka, a lancé un appel pour le budget de l’organisation, jugeant “ridicule” qu’il soit inférieur à celui d’un “club de foot moyen”, mardi lors de l’ouverture de la conférence mondiale sur le dopage à Katowice (Pologne).

"Pour que l'AMA puisse remplir son rôle et assurer un sport propre, nous avons besoin d'un budget en conséquence." L'AMA est financée principalement par les gouvernements et le Comité olympique international (CIO). En 2017, l'AMA disposait d'un budget de 30 millions de dollars, qui s'élèvera en 44 millions d'ici 2022. "Les clubs de football ont plus d'argent", a expliqué Banka.

Dans son discours, Banka, qui doit être confirmé par la conférence président à partir du 1er janvier, a déclaré qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir la manipulation et la fraude. "Je ferai de mon mieux pour protéger un sport propre. La nouvelle ère de la lutte contre le dopage commence aujourd'hui. Le Britannique Craig Reedie termine son mandat de président à la fin du mois de décembre. 

Depuis sa naissance en 1999, l'AMA est soumise à un principe de rotation de sa présidence entre le mouvement olympique (CIO et fédérations internationales) et les gouvernements.

Banka, un ancien spécialiste du 400 mètres qui s'est lancé en politique, avait été préféré en mai au Dominicain Marcos Diaz, un ancien nageur en eau libre, vice-ministre des Sports dans son pays. Auparavant, en janvier, Banka avait été désigné comme candidat européen après un vote auquel s'était également présenté, entre autres, l'ancien ministre flamande des Sports Philippe Muyters.