Plein écran
© afp

Nina Derwael première des qualifs aux barres à Doha

Nina Derwael, la championne du monde aux barres asymétriques, a démontré sa belle forme lors des qualifications à cet agrès, mercredi lors de la 5e manche de Coupe du monde de gymnastique artistique.

Ce 3e rendez-vous réservé aux épreuves individuelles par appareil se tient à Doha, au Qatar. Dans la salle où elle a été couronnée reine du monde, en novembre dernier, la Limbourgeoise, qui dispute sa première compétition de l'année, a réussi un exercice sans faute ponctué par une bonne sortie. Les juges lui ont accordé 15.033 points.

Première des qualifications
Avec ce score, la Sportive belge de l'année 2018 termine première des qualifications. La Chinoise Yilin Fan a pris la 2e place (14.900) et la Russe Anastasiia Iliankova la 3e (14.633). Elle tentera vendredi de rééditer sa victoire de l'an dernier dans cette manche de Coupe du monde. Elle s'était imposée il y a douze moins avec 15.300 points.

Jonathan Vrolix au sol
Jonathan Vrolix s'est également qualifié pour la finale de l'exercice au sol, lors de cette première journée de qualification. Avec un solide exercice, le gymnaste de Houthalen a obtenu 14.500 points et a terminé à la 3e place des qualifications derrière le Philippin Carlos Edriel Yulo (14.600) et le Chinois Ruoteng Xiao (14.533). Il disputera sa finale également vendredi.

Goossens échoie aux anneaux
En revanche, Dennis Goossens, finaliste olympique aux anneaux à Rio en 2016, n'a pas réussi à se hisser en finale de sa spécialité. Il lui aurait fallu obtenir 14.533 points afin de se classer parmi les huit finalistes.

Jeudi, Nina Derwael disputera les qualifications de la poutre et Jonathan Vrolix celles de la barre fixe.

  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.