Plein écran
© AFP

Ott Tänak prend le pouvoir au rallye de Sardaigne, Thierry Neuville sixième

L’Estonien Ott Tänak (Toyota Yaris) a pris la tête du Ralye de Sardaigne, huitième manche du championnat du monde des rallyes (WRC), lors de la troisième journée, samedi. Tänak a remporté les six spéciales du jour pour détrôner l’Espagnol Dani Sordo (Hyundai i20 Coupe), désormais deuxième à 25.9 de l’Estonien. Le Finlandais Teemu Suninen (Ford Fiesta) est troisième à 42.9 de Tänak. Thierry Neuville (Hyundai i20 Coupe) occupe la sixième position, à 2:32.4.

Septième à la mi-journé à plus de deux minutes de Tänak, Neuville, n’a pas réussi à améliorer sa situation dans la première spéciale de l’après-midi, la 13e en tout, Coiluna-Loelle (14,97 km). Huitième, il concédait 10 nouvelles secondes à Tänak, le plus rapide. Scénario identique dans la spéciale suivante, Monti di Ala’ (28,21 km): le scratch pour Tänak et le huitième temps pour Neuville, à 16 secondes de l’Estonien.

La journée s’est achevée par la spéciale de Monte Lerno (28,8 km). Neuville a cette fois réalisé le troisième chrono, à 5.5 de Tänak. Son retard est désormais de 2:32.4.

“J’attendais plus de cette journée”, a commenté Neuville. “La voiture n’a pas fonctionné comme je le voulais. J’ai essayé différents paramètres et testé certaines choses. Nous avons appris certains choses, mais la journée ne s’est pas déroulée comme espéré.”

Le Français Sébastien Ogier, leader au championnat du monde, a pu repartir, mais en WRC2 (avec des pénalités donc) après un bris de suspension la veille qui l’a forcé à se retirer pour la journée. Le sextuple champion du monde vise les points de la Powerstage. Ogier (142 points) est en tête du championnat avec 2 points d’avance sur Tänak et 10 sur Neuville.

Dimanche, trois spéciales sont au programme avant la Power Stage Sassari-Argentiera. 

  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.