Plein écran
© AFP

Paris dévoile le logo de ses JO

Une Marianne pour une petite révolution. Les organisateurs des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 ont présenté lundi le logo définitif de l'évènement, en rupture totale avec le précédent.

Dans un rond doré, symbolisant une médaille d'or, se dessine en creux la flamme olympique, toute en courbes et pointes. Et des lèvres à la base de la flamme laissent apparaître un visage stylisé, représentant Marianne, l'allégorie de la République française. Bicolore, sobre, arrondi: tout le contraire du premier logo, un "24" allongé aux allures de Tour Eiffel et aux couleurs vives explosives. 

“Nouvelle phase”

Un virage que les organisateurs justifient par le passage à "une nouvelle phase" du projet: il ne faut plus faire campagne à l'international avec le célébrissime monument parisien, mais donner une identité à l'évènement.  Des "Jeux de toute la France" selon les organisateurs, alors que même Tahiti, à 15.000 kilomètres de là, voudrait accueillir les épreuves de surf, et "inclusifs", le logo étant pour la première fois le même pour Olympiques et Paralympiques.

Soirée au Grand Rex

Munis d'un traqueur GPS, des coureurs se sont dispersés dans Paris, faisant apparaître sur la carte de la ville 20 points qui, une fois reliés, ont dévoilé le logo à un parterre d'environ 600 personnes au Grand Rex, l'emblématique cinéma art-déco de Paris. Pour rendre hommage à ce style en vogue à Paris la dernière fois que la ville a accueilli les JO en 1924, une touche art-déco se trouve dans la typographie du "Paris 2024", créée pour l'occasion par l'agence de communication chargée de la conception du logo.

Enjeux commerciaux

L'enjeu: le marketing de Jeux qui devront convaincre le grand public et les sponsors potentiels. Les organisateurs attendent 1,2 milliard d'euros des sponsors nationaux, un seul s'étant engagé jusque-là: la banque BPCE. Une mini-controverse avait éclaté en juin sur les partenariats, le géant pétrolier Total ayant renoncé à parrainer l'évènement face à l'opposition de la mairie de Paris qui souhaite des Jeux exemplaires sur le plan environnemental.

Londres 2012

Si d'autres critiques portent régulièrement sur le coût de l'organisation, Paris devrait s'épargner, au moins pour l'instant, les railleries subies par les organisateurs de Londres-2012 pour leur logo et son esthétique... particulière.

Plein écran
© AFP
  1. Les Belgian Cats joueront à Ostende leur tournoi de qualification pour les JO 2020

    Les Belgian Cats joueront à Ostende leur tournoi de qualifica­ti­on pour les JO 2020

    La FIBA (la Fédération internationale de basket) a annoncé vendredi que la Belgique était l'hôte de l'un des quatre tournois de qualification olympique de basket féminin en vue des Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. Le Versluys Dôme d'Ostende verra donc les Belgian Cats tenter de décrocher leur ticket pour les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo. Le tournoi est prévu du 6 au 9 février 2020 dans la ville côtière. Une qualification pour les Jeux serait une première pour le basket belge féminin.