Plein écran
New York, bon dernier / Archive © AP

Suprématie confirmée pour Milwaukee, calvaire pour les Knicks

Meilleure équipe de la NBA lors de la défunte saison régulière (60 v-22 d), Milwaukee est bien partie pour répéter la performance. Les Bucks ont porté à douze le nombre de leurs victoires consécutives lundi et leurs 18 victoires et 3 défaites les placent au sommet des bilans après le premier quart du championnat. Cette victoire fut aussi la plus facile : 44 points infligé à New York (132-88), bon dernier de la Conférence (4 v-17 d).

Après un quart temps, les Knicks étaient largués (33-15). Leurs trois dernières périodes ont viré au calvaire. Pendant ce temps, les Bucks pouvaient faire reposer leurs titulaires. Giannis Antetokounmpo a eu le plus long temps de jeu (22 minutes), ce qui a suffi au MVP en titre pour enregistrer son 20e double-double (29 pts, 15 reb) en 21 matchs.

Outre New York, une autre magnifique ville américaine héberge une franchise de basket à la ramasse : San Francisco. Alors qu'elle se réjouissait d'accueillir cette saison les Warriors, triple champions 2015, 2017 et 2018, et finalistes des cinq derniers championnats, la cité du Golden Bridge a hérité d'une équipe décimée par les blessures qui n'est plus que l'ombre de celle qui a donné de la fierté à la ville voisine d'Oakland.

Les Warriors à la dérive

 Mardi, Golden State perdu à Atlanta, l'avant-dernier de la classe qui venait d'aligner dix défaites, 104-79. Seul rayon de soleil, la confirmation du potentiel du rookie Eric Paschall. L'ailier-fort, 41e choix de la dernière draft, a signé son meilleur match (24 pts à 9/11 aux tirs, 9 reb, 6 ast). Les Warriors n'ont gagné que 4 de leurs 22 premiers duels.

Plus passionnante fut la rencontre entre Philadelphie et Utah, remportée 103-94. Si les Sixers ont gardé leur invicibilité à domicile (10-0), ils ont eu quand même un peu peur après avoir compté jusqu'à 26 points d'avance. Rudy Gobert (27 pts, 12 reb, 3 blk) a gagné le match des pivots qui l'opposait à Joel Embiid (16 pts à 5/13, 11 reb, 4 ast). Ben Simmons (14 pts, 9 ast, 8 reb, 4 stl) et Tobias Harris (26 pts, 9 reb) ont eux dominé leur sujet. Philadelphie est 5e à l'Est (15 v-6 d). Utah boucle sa série de cinq déplacements par un décevant bilan d'une victoire et quatre défaites. Au classement, le Jazz est 6e à l'Ouest (12 v-9 d). 

Plus personne ne doute du talent des basketteurs européens en NBA. Parmi eux, l'ailier-fort lituanien Domantas Sabonis s'illustre de plus en plus. Tout profit pour Indiana. Mardi, il a fait merveille en compagnie du meneur Malcolm Brogdon. Aux 19 points, 9 assists et 6 rebonds de l'ancien Buck, le fils du (très) grand Arvydas a ajouté 18 points, 14 rebonds et 8 passes décisives dans la victoire 104-117 à Memphis. Les Pacers, qui jouent toujours sans leur meilleur marqueur Victor Oladipo, redressent bien la situation. Après 4 défaites en 7 rencontres, ils ont gagné 10 des 13 suivantes. A ce rythme, il faudra compter à l'avenir sur la bande de Nate McMillan. Pour l'heure, elle occupe la 6e place de la Conférence orientale (13 v-7 d). 

  1. Deux bateaux belges vont traverser l'Atlantique à la rame

    Deux bateaux belges vont traverser l'Atlanti­que à la rame

    L'Atlantic Challenge, une course en bateau à la rame de plus de 3.000 miles nautique (4.800 kilomètres) à travers l'Océan Atlantique, s'est élancée jeudi matin des îles Canaries, à San Sebastian de la Gomera, pour rejoindre les Caraïbes. La traversée, d'environ 40 jours pour les plus rapides, se terminera à English Harbour sur l'île d'Antigua. Parmi les 35 partants, deux bateaux belges ont pris le départ donné jeudi individuellement à partir de 10h30 (11h30 belges): les frères gantois Damien et Bernard Van Durme, en double, et Carl Plasschaert, en solo.
  2. La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlètes à Tokyo
    JO 2020

    La chaleur de l'eau également un problème pour les triathlè­tes à Tokyo

    Si le marathon, délocalisé à Sapporo, pourra bénéficier de conditions de température un rien plus clémentes pour la discipline aux prochains Jeux olympiques de Tokyo, le triathlon n'aura pas cette chance. Bien que leurs épreuves avoisinent également les deux heures d'effort, les meilleurs triathlètes de la planète seront confrontés à une chaleur omniprésente aux alentours de la baie de Tokyo, et ce même dans l'eau. "Le départ, avancé à 6h30 du matin, n'y changera pas grand chose", a observé Claire Michel lors du test-event organisé l'été dernier dans la capitale japonaise.