Plein écran
© epa

Tänak trop rapide, Neuville "frustré" et quatrième

Rallye du ChiliL'Estonien Ott Tänak (Toyota) domine les débats au Rallye du Chili, 6e manche inédite du Championnat du monde (WRC), devant le Français Sébastien Ogier (Citroën) à l'issue de la première journée vendredi. Le Belge Thierry Neuville (Hyundai), leader du classement des pilotes, arrive 4e à 29.5 secondes de Tänak.

Ott Tänak, qui a pris les commandes dans la deuxième spéciale et signé trois meilleurs temps en six ES, dispose d'un matelas de 22.4 sec sur Ogier et de 28.8 sec sur le 3e, le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota).

Vendredi fut une journée comme les aime son rival estonien, 3e du Championnat à 28 longueurs de Neuville et 18 d'Ogier et qui ne doit pas se laisser distancer davantage dans la course au titre après deux manches décevantes.

Sur le podium des trois premières épreuves de 2019 (dont une victoire en Suède), Tänak n'avait ensuite pu faire mieux que 6e en Corse, suite à une crevaison, et 8e en Argentine, victime de problèmes mécanique et électrique, quand ses rivaux engrangeaient les succès pour le Belge et les podiums pour Ogier.

Sur un terrain que tous n'ont découvert qu'à l'occasion des reconnaissances en début de semaine, le Chili faisant sa première apparition au calendrier du WRC, et que les équipes n'ont pas testé au préalable, la journée n'a été simple pour personne.

Mais une fois n'est pas coutume pour un rallye sur terre, les premiers en route (Neuville suivi d'Ogier et Tänak) ont moins souffert qu'à l'accoutumée de l'effet du balayage, la pluie des derniers jours rendant les routes forestières empruntées glissantes pour tous.

A l'instar du Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai), 2e de la manche précédente en Argentine mais 8e vendredi soir, du Finlandais Esapekka Lappi (Citroën), 10e, ou encore du Britannique Kris Meeke (Toyota), 5e, plusieurs pilotes reconnaissent avoir besoin de gagner en confiance sur ces terres inconnues et de travailler dur pour améliorer leurs notes sur le tracé des spéciales.

Neuville, qui espère sortir Latvala du podium, est aussi quelque peu frustré mais pour d'autres raisons. Il n'a pas pu boucler à plein régime la deuxième spéciale, interrompue pour des raisons de sécurité, et s'est vu attribuer le troisième temps théorique de l'ES2, derrière Tänak et Ogier. Mécontent, il estime qu'il "aurait pu faire mieux".