Plein écran
© BELGA

Thiam: "Le saut en hauteur au Mémorial, la meilleure préparation pour Doha”

Nafissatou Thiam va profiter du 43e Mémorial Van Damme pour goûter à la popularité qui est la sienne dans notre pays. Elle va aussi, et c'est sans doute plus important encore, effectuer une ultime sortie en compétition dans son exercice de prédilection, parmi les sept qu'elle pratique en heptathlon, le saut en hauteur avant les championnats du monde de Doha qui débutent pour elle le 2 octobre.

Deuxième du ranking mondial de l'année et par ailleurs qualifiée pour les JO de Tokyo dans cet exercice qu'elle ne dispute plus jamais dans les grands championnats internationaux, la Namuroise entend réussir une belle performance. "Si les conditions ne sont pas mauvaises, mon objectif est de sauter 2m00, mais avec 1m95 je serais déjà très contente".

Thiam a établi un record du monde à la hauteur lors d'un heptathlon en franchissant 2m02 à Talence le 22 juin. Elle est ainsi une des cinq athlètes à avoir atteint la marque symbolique de 2m00 en 2019. Elle a ensuite brillé à la longueur au meeting de Birmingham, le 18 août. Elle y a réussi deux nouveaux records nationaux (6m74 puis 6m86, 9e performeuse mondiale de l'année) et été très convaincante sur 100m haies aux championnats nationaux (13.38).

“ Rien ne peut me faire quitter mon objectif”

Thiam, qui bénéficie d'une invitation, ne peut pas prétendre à la prime de 50.000 dollars offerte à la lauréate.
"C'est la meilleure préparation en vue de Doha", a encore confié la reine de l'heptathlon. "Mais ce n'est pas une garantie pour autant. L'an dernier j'ai sauté 2m01 à Götzis et encore 1m97 à Paris et je n'ai fait que 1m91 à l'Euro." 

Nafi Thiam apprécie beaucoup ses apparitions en meetings de la Diamond League, au point qu'elle se verrait bien, après les JO de Tokyo, se concentrer uniquement sur les sauts pendant une saison, "sans pour autant délaisser l'entraînement en heptathlon", précise-t-elle quand même.

  Mais il n'en est pas question d'ici le grand rendez-vous au Japon. Et auparavant, il y a celui du Qatar dans trois semaines. "Ce n'est pas le moment de perdre sa concentration et c'est l'une de mes forces, rien ne peut me faire quitter mon objectif."