Plein écran
Tony Parker © AFP

Tony Parker met un terme à sa carrière

La star française du basket-ball Tony Parker a annoncé lundi qu’il prenait sa retraite, après 18 ans passés en NBA au cours desquels il a remporté quatre titres de champion et est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de sa franchise, les San Antonio Spurs.

“C’est avec une grande émotion que je mets un terme à ma carrière. J’ai beaucoup travaillé, énormément reçu, c’était une aventure incroyable! Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pensé vivre ces moments exceptionnels en équipe de France et en NBA”, a annoncé le meneur de jeu de 37 ans sur son compte Twitter juste après avoir annoncé sa décision dans une interview avec le site internet sportif The Undefeated.

Après 17 ans passés aux San Antonio Spurs, où il a participé à l’une des dynasties les plus dominantes de l’histoire du basket américain aux côtés de Tim Duncan et Manu Ginobili, sous les ordres de Gregg Popovich, “TP” a rejoint l’été dernier les Charlotte Hornets, où il a donc évolué une saison avec son compatriote Nicolas Batum.

La carrière de Tony Parker

Arrivé en NBA en 2001 à l’âge de 19 ans après deux saisons en France au PSG Racing, Parker s’est rapidement imposé aux Spurs. En parallèle de sa carrière NBA, il a mené l’équipe de France à son premier titre, l’Eurobasket 2013, avant de prendre sa retraite avec les Bleus en 2016. Tony Parker est le président du club français de l’Asvel.

Un bourreau de travail 

Son influence chez les Bleus a été énorme. Entre sa première sélection, en 2000, et sa dernière seize ans plus tard en quarts de finale des Jeux de Rio, le génial meneur de jeu a conduit une douzaine de campagnes, enchaînant sans rechigner les JO et les Euros avec des saisons américaines exténuantes (plus d’une centaine de matches). Il compte 181 capes (pour 2741 points, soit plus de 15 de moyenne par match) lors desquelles il a été à la fois le leader, l’inspirateur, l’organisateur et le finisseur de l’équipe.

S’il n’était pas le tout premier Français en NBA à son arrivée au Texas, en 2001, à l’âge de 19 ans, c’est bien lui qui a servi de modèle aux nombreux compatriotes qui ont tenté l’aventure après lui. Ils sont dix cette saison dans le meilleur championnat de la planète. Et des dizaines d’autres rêvent d’y aller.

Sous la baguette de son mentor, l’entraîneur Gregg Popovich, Parker a joué un rôle déterminant, aux côtés de l’Argentin Manu Ginobili et de l’Américain Tim Duncan, dans la trajectoire des Spurs, devenus dans les années 2000 l’une des franchises marquantes de l’histoire de la NBA. Ce n’est que depuis deux ou trois ans que son impact avait diminué, le poussant un peu à contrecoeur à signer un dernier contrat avec Charlotte où il a joué ses ultimes matches.

Il faut dire que sa plus grande qualité était de celles qui se perdent le plus avec l’âge, la vitesse. Il éblouissait par son exceptionnelle vélocité balle en main, ses démarrages fulgurants et ses slaloms funambulesques au milieu des défenses, souvent conclus par son fameux “teardrop” (larme en anglais), un tir en cloche indispensable à ce joueur d’1,88 m.

Toujours soucieux de progresser, Parker s’est ensuite amélioré dans la gestion du jeu, puis il s’est doté d’un tir plus fiable à longue distance avec l’aide d’un “shot doctor” (un conseiller spécial sur la technique de tir), au prix d’un travail de Romain: jamais moins de 200 tirs par jour.

Sportif et homme d’affaires

Homme d’affaires, Parker s’enorgueillissait de l’être avant même la fin de sa carrière. Il est devenu l’un des sportifs français les plus riches grâce à son salaire aux Spurs (12 millions de dollars par saison lors de ses grandes années) et à de nombreux contrats publicitaires. Il a ainsi pu faire de multiples investissements, le dernier en date dans la station de ski de Villard-de-Lans (Alpes).

C’est à ces activités économiques qu’il devrait désormais consacrer une grande partie de son temps, entre les États-Unis et la France, ainsi qu’à la présidence de l’Asvel, le club de Villeurbanne, qui fera ses débuts en Euroligue cet automne.

Chanteur de rap à ses heures perdues, acteur et producteur de cinéma, propriétaire à San Antonio d’une luxueuse villa dotée d’un terrain de basket couvert, d’un court de tennis, d’une salle de jeux vidéo... et d’une superbe cave à vin, Parker a aussi été un “people”. Son fastueux mariage dans un château au sud-est de Paris, puis son divorce au bout de deux ans avec l’actrice américaine Eva Longoria ont fait le bonheur des journaux. Il s’est remarié plus discrètement en 2014 avec une Française, Axelle Francine, et a fondé une famille de deux enfants qui “passe avant tout”, a-t-il dit à Paris Match.