Getty Images
Plein écran
© Getty Images

Cet espace de coworking est dédié aux coiffeurs indépendants, les “oubliés de la crise”

Si les coiffeurs ont pu reprendre le chemin de leurs salons à la mi-février, leurs collègues qui travaillent à domicile ne sont pas encore autorisés à reprendre leur activité. Ils représenteraient 25% des 20.000 coiffeurs de Belgique. Des espaces de coworking d’un nouveau genre, aussi appelés “hair coworking”, s’imposent comme une solution.

  1. Douche froide sur la Belgique: “Assouplir avec ces chiffres serait irresponsable”
    mise à jour

    Douche froide sur la Belgique: “Assouplir avec ces chiffres serait irresponsa­ble”

    Le Comité de concertation n’a donc pris aucune décision sur des éventuels assouplissements, à l’exception de la réouverture déjà décidée des métiers de contacts au-delà des coiffeurs, à partir du lundi 1er mars. Une nouvelle réunion est dès lors attendue la semaine prochaine. La présentation des experts à propos de la situation sanitaire a douché les espoirs de nouveaux assouplissements dès la semaine prochaine. En revanche, le couvre-feu en Wallonie est réduit et s’étirera de minuit à 5h00 du matin dès le 1er mars.
  2. “Des assouplissements maintenant? Trop tôt et imprudent”: le message clair de médecins aux politiques

    “Des assouplis­se­ments maintenant? Trop tôt et imprudent”: le message clair de médecins aux politiques

    Très attendu, le Comité de concertation de ce vendredi s'annonce tendu. Les appels à l’allégement des règles sanitaires se font de plus en plus entendre. Certaines personnalités politiques, à l'instar d’acteurs de santé publique, plaident ouvertement pour des assouplissements, inquiets de la dégradation du bien-être mental au sein de la population. Dans le camp d’en face, les partisans du maintien d’une “ligne dure” avancent les chiffres et courbes épidémiologiques pour appeler une nouvelle fois à la prudence et à la patience. Dans les hôpitaux, la crainte d’un rebond voire d’une troisième vague persiste. “Chaque assouplissement est un de trop.”