Plein écran
Ines Borgonjon, senior make up artist chez MAC à l'oeuvre lors du festival Tomorrowland en 2018. © MAC

Elle est derrière tous les maquillages de Tomorrowland: “La tendance? Oser!”

Alors que Tomorrowland s’apprête à faire résonner les basses des DJ’s les plus connus de la planète pour la quinzième année de suite, nous avons rencontré Ines Borgonjon, 34 ans, senior make up artist chez MAC, en charge de la création des maquillages des artistes présents durant le festival, des danseurs mais aussi des festivaliers.

En quoi consiste ton boulot de senior make up artist chez MAC?

Quand MAC s’allie à de gros événements comme des fashion shows ou Tomorrowland, je supervise l’équipe de maquilleurs, en général entre huit et dix personnes. Mais pour des événements aussi importants que Tomorrowland, nous serons rejoints par des maquilleurs MAC en provenance d’autres pays et nous serons 80 au total sur les deux week-ends. J’ai créé avec mon équipe tous les looks que nous reproduirons sur place.

Quel a été ton parcours professionnel?

Pendant mes études, j’ai commencé à travailler en tant que maquilleuse avec une amie. On faisait des petits boulots pour des créateurs ou pour la télévision. Ça a pris de l’ampleur et on s’est mis à notre compte en créant notre petite entreprise, “Blonde”. Je me fournissais en produits de maquillage plusieurs fois par semaine à la boutique MAC d’Anvers et ils m’ont dit: “Mais pourquoi tu ne viens pas travailler ici, avec nous?” C’était il y a dix ans! En parallèle, je continuais à travailler à mon compte pour de grandes maisons comme Nathan ou Delvaux. Au début, c’était super épanouissant puis ça a commencé à être toujours la même chose. Je rêvais de fashion week et à l’époque, ça me semblait un rêve inaccessible. Au même moment, la place de senior artist chez MAC s’est libérée. J’ai postulé, mais sans y croire et c’est finalement moi qui ai été choisie. J’ai donc quitté l’entreprise pour me consacrer à ce poste à plein temps, car il n’y a qu’un senior artist par pays, c’est un job très prenant. Cela fait maintenant cinq ans que j’occupe cette position et maintenant, les fashion weeks, ça me semble banal! Aujourd’hui, j’ai d’autres rêves, je m’intéresse de plus en plus à la dermatologie.

Plein écran
Ines Borgonjon en pleine création. © Mac

Ce week-end, tu seras à Tomorrowland pour maquiller artistes, danseurs et festivaliers. Comment est né ce partenariat entre MAC et TML?

Comme chaque année, c’est Soul 15 qui est chargé de trouver un thème à Tomorrowland. Une fois le concept défini, Soul 15 crée des tenues et des coiffures et fait ensuite appel à MAC pour le make up en raison de notre grande expérience dans le maquillage professionnel. Le fait d’avoir une équipe de maquilleurs à disposition et des créatifs, c’est propre à MAC. Avec mon équipe, on crée des looks et on fait ensuite des tests jusqu’à ce qu’on tombe d’accord. Puis on prend des photos et on crée un look book avec des explications sur la manière de réaliser le maquillage, une liste des produits utilisés, l’ordre dans lequel les appliquer de manière à ce que tous nos maquilleurs puissent les reproduire. C’est une grosse organisation!

Ensuite, on maquille aussi les DJ’s, les influenceurs et on reçoit les journalistes.

La troisième partie de notre job, c’est le stand MAC dans Dreamville, le camping, où les festivaliers peuvent se faire grimer. Il y a quinze maquilleurs sur place et ils ont le choix entre trois looks différents que j’ai imaginés pour créer un maximum d’effet en un minimum de temps. Mon rôle c’est de coordonner tout ce petit monde!

Plein écran
Mac © Mac
Plein écran
"Gow getter", l'un des 3 looks créés par Ines et son équipe pour les festivaliers de Tomorrowland © MAC

Quelle est ta journée type sur place?

J’arrive vers 8h à Dreamville, car c’est l’équipe qui commence le plus tôt. Ensuite, je vais backstage et après j’ai rendez-vous avec la presse et les influenceurs pour des interviews, des maquillages, de la création de contenu. Je peux aussi être appelée pour maquiller une DJ. Je peux m’arrêter à 18h comme à minuit. Je vais voir les collègues et si j’en ai l’occasion, je profite aussi du festival.

Une anecdote à nous raconter?

J’en ai plein! Mais quand j’étais plus jeune et que je travaillais dans l’équipe de maquilleurs, les journées étaient chaotiques! On travaillait beaucoup et on donc on portait des vêtements confortables et basiques. Ce jour-là, il pleuvait des cordes et avec une autre maquilleuse, on a trouvé des sacs poubelles et on s’en est fait des ponchos qu’on a customisés pour se protéger de la pluie. J’ai beau être senior artist à présent, les photos circulent toujours! C’est un chouette souvenir! Il y a aussi eu cette fois où j’étais en retard et pour gagner du temps, j’ai traversé un champ et j’ai dû ramper sous des barbelés avant de me présenter pour faire un maquillage. Après tout ce temps, je m’amuse toujours autant et je prends du plaisir avec mes collègues: je considère qu’ils ne travaillent pas pour moi, mais qu’on travaille ensemble. Je leur octroie beaucoup de confiance et je les laisse créer avec moi.

Quelles sont les tendances make up en festival cette année?

Beaucoup de glitter! (N.D.L.R.: des paillettes). Et pas seulement du doré et de l’argenté, mais aussi de la couleur. En Belgique, les gens n’osent pas beaucoup sauf pendant les festivals. Là, ils se lâchent et n’ont pas peur d’être extravagants même s’ils ne se maquillent pas du tout dans la vie de tous les jours. J’adore cet esprit et pour moi, c’est ça la vraie tendance en festival: oser! Du glitter, des paillettes, des pierres autour des yeux pour agrandir le regard, des faux cils, des gouttes peintes sur le visage: l’accent est mis sur la féminité.

Plein écran
Les trois essentiels de MAC pour les festivals: Dazzleshadow Liquid Flash and Dash, In Extrem Dimension Mascara and Fix+ Goldlite. © MAC

N’est-il pas difficile de répondre aux exigences de certains artistes?

Pour moi, c’est très important de savoir qui j’ai en face de moi. Si c’est une DJ par exemple, je vais voir son compte Instagram avant de la rencontrer pour me faire une idée. Je suis assez douée pour sentir ce que les gens veulent. Je pose des questions, je tâte le terrain et j’aime bien aussi qu’on me challenge et qu’on me fasse sortir de ma zone de confort. Si ça reste aussi amusant après autant d’années, c’est grâce à tous les gens que je rencontre!

Retrouvez le stand de maquillage MAC à Dreamville pendant les deux week-ends de Tomorrowland (19-21 et 26-28 juillet 2019).