Cindy Bruna fera ses débuts en tant qu’effigie L’Oréal Paris dans les campagnes des produits Skin Paradise et Casting Crème Gloss.
Plein écran
Cindy Bruna fera ses débuts en tant qu’effigie L’Oréal Paris dans les campagnes des produits Skin Paradise et Casting Crème Gloss. © L'Oréal Paris

Qui est Cindy Bruna, la nouvelle égérie de L’Oréal?

L’Oréal Paris dévoile ce mercredi le nom de sa nouvelle égérie: Cindy Bruna. Ce mannequin est l’un des symboles de la multiculturalité dans la mode depuis sa présence en tant que “premier modèle de couleur” dans un show Calvin Klein en 2012. Depuis, le monde de la mode ne l’a pas oubliée. Mais la belle n’est pas que top model: elle se bat pour l’inclusion dans l’industrie de la mode et est porte-parole de Solidarité Femmes, une association française qui veut lutter contre les violences faites aux femmes. Rencontre. 

Vous êtes le nouveau visage de L’Oréal Paris, comment vous sentez-vous ?

Je me sens tellement honorée! C’est encore difficile à croire! Cela a toujours été un rêve. En tant que mannequin française, je suis ravie d’être le nouveau visage d’une marque aussi emblématique de mon pays d’origine.

Que signifie pour vous le slogan emblématique “Parce que je le vaux bien”?

Je pense que nous avons tendance à oublier que nous sommes tous spéciaux, uniques et c’est là que se cache la vraie beauté. “Parce que je le vaux bien”, il s’agit d’embrasser qui vous êtes et la diversité qui vous entoure. Je le vaux bien mais nous en valons tous la peine. C’est ce profond sentiment d’estime de soi qui nous rend beaux.

Quelles femmes vous inspirent-elles le plus? Et au sein des effigies de L’Oréal Paris?

Michelle Obama est définitivement mon inspiration. Elle a tant fait et continue de faire beaucoup pour rendre les jeunes filles plus indépendantes grâce à l’éducation. Viola Davis est mon coup de coeur dans les célébrités. C’est un honneur d’être effigie en même temps qu’elle. Elle est l’une des plus grandes actrices de notre temps!

Citation

Plus jeune, j’ai voulu rentrer dans le moule, puis j’ai réalisé qu’il n’y avait pas une définition de la beauté. Nos différen­ces sont notre force

Qu’est-ce qui a contribué à vous faire prendre conscience de votre propre valeur?

Ma maman m’a appris à être indépendante et disciplinée. Elle m’a toujours dit que je pouvais avoir n’importe quoi avec un travail acharné. Elle m’a élevé pour je sois toujours gentille. Je crois que si l’on fait de notre mieux dans tout ce que l’on entreprend et que vous traitez les autres mais aussi vous-même avec respect, vous en voudrez la peine.

Quelles sont les causes qui vous tiennent le plus à cœur ?

Je travaille avec Solidarité Femmes, qui fournit des ressources pour aider les femmes à sortir de relations toxiques. Ce problème nous concerne tous et j’espère qu’un jour, nous pourrons tous en parler librement. Ce qui m’a le plus touchée, c’est de connaître le nombre de victimes de violence domestique et de féminicide. J’ai également appris que la violence à l’égard des femmes touche toute la société, quels que soient l’origine culturelle ou le statut social et qu’elle résulte de l’inégalité entre hommes et femmes.

L’indépendance est si importante pendant le processus, elle aide les femmes à quitter une relation toxique et c’est la clé pour connaître votre valeur. Solidarité Femmes aide les femmes dans cette direction en leur assurant qu’elles ne sont pas seules et en leur donnant accès à un refuge sûr, à une aide juridique et à un soutien pour leur donner la force de quitter l’agresseur et avoir la vie qu’elles méritent. Encore une fois, l’indépendance commence dès que nous avons l’opportunité de devenir les femmes fortes que nous sommes depuis la naissance.

Avez-vous déjà ressenti des pressions pour coller à la définition de ‘jolie’ ?

Quand j’étais plus jeune au lycée, j’étais trop grande et trop maigre par rapport aux autres. Alors oui, je voulais vraiment rentrer dans le moule. Puis j’ai réalisé qu’il n’y avait pas une définition de la beauté. Pour moi, la diversité est ce qu’il y a de plus beau et c’est ce que nous devons célébrer. Accepter nos différences et les transformer en forces, car c’est exactement ce qu’elles sont.

Vous êtes issue d’une famille multiculturelle, comment cela a-t-il aidé à façonner qui vous êtes devenue ?

En tant que femme métisse, j’ai eu ce moment dans ma vie où je ne savais pas à quel endroit j’appartenais. Je pensais que je devais choisir un camp. Alors qu’en réalité, je suis les deux camps et je l’accepte pleinement aujourd’hui. C’est ma force, ma beauté, ma puissance. Je suis née en France d’un père italien et d’une maman congolaise et j’en suis tellement fière. J’ai grandi avec les deux cultures et je sais maintenant que cette diversité est ce qui nous rend riches.

Citation

Évidemment, lorsqu’une équipe de maquillage travaille sur moi pendant 2 heures, je me sens belle! Plus sérieuse­ment, je me sens belle quand j’ai l’impression de faire ce qui est juste

Quelle est votre devise dans la vie ?

Si vous pouvez être n’importe quoi, soyez gentil.

Qu’est-ce qui vous fait vous sentir belle ?

Belle de l’extérieur? Évidemment, c’est lorsque j’ai une équipe de maquillage qui travaille sur moi pendant 2 heures! Plus sérieusement, je me sens belle quand j’ai l’impression de faire ce qui est juste. Quand je fais quelque chose de génial non seulement pour moi mais pour les autres.

Quelle partie de votre routine beauté est non négociable ?

Avant de me coucher, je dois absolument prendre soin de ma peau en me démaquillant et en mettant une crème hydratante ou un masque. Et puis, le sommeil est définitivement immanquable pour moi. 

Quels sont vos produits L’Oréal Paris préférés ?

Pour être honnête, j’ai toujours eu peur quand il s’agissait de colorer mes cheveux, mais “Casting Crème Gloss” est mon produit préféré. Mes cheveux sont tellement plus sains et brillants. Je suis obsédée par ça! Je pense aussi que le pire faux pas de la mode serait de ne pas avoir la teinte parfaite de fond de teint. En tant que métisse, j’ai toujours eu du mal à trouver le bon. “Skin Paradise” est mon préféré car il offre une couverture complète mais avec un effet vraiment naturel. Il y a aussi suffisamment de teintes pour plaire à tout le monde et c’est très important.

Vous considérez-vous comme féministe ?

C’est une question que je ne comprends pas vraiment car tout le monde devrait être féministe, y compris les hommes. Le féminisme reconnaît simplement que les femmes et les hommes sont égaux et devraient avoir les mêmes droits. Je pense que nous continuerons à poser cette question jusqu’à ce que nous n’ayons plus à nous battre pour l’égalité que nous devrions déjà avoir.

En tant que mannequin, comment combattez-vous les stéréotypes dans l’industrie de la mode ?

Pour moi, la meilleure façon de lutter contre les stéréotypes est d’aider les autres à reconnaître que ces stéréotypes existent bel et bien. J’utilise ensuite ma propre expérience pour démontrer à quel point ils peuvent être faux.

En tant que mannequin, que voulez-vous transmettre au monde ?

Je suis mannequin, mais avant cela, je suis une femme. Il y a une chose que je voudrais dire au monde, c’est que ce n’est pas parce que les abus se produisent dans une sphère privée que c’est privé. Nous devons tous être concernés et nous entraider. J’ai envie de dire à la jeune génération que lorsque vous entrez dans vos premières relations, vous devez apprendre à identifier une relation saine d’une relation toxique, et savoir que si cela ne vous semble pas correct c’est que ça ne l’est pas.

L’Oréal Paris et IPSOS ont mené une enquête internationale et ont découvert que 78% des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel dans les espaces publics. C’est 4 femmes sur 5. Êtes-vous surprise par ces chiffres?

Pour être honnête, je ne suis même pas étonnée par cette statistique. Le facteur choquant est que le harcèlement sexuel est devenu si courant qu’il n’est plus un tabou et qu’il est normalisé par de nombreuses personnes. Nous entendons tellement d’histoires à travers le monde entier que je me rends compte que la seule façon de l’éliminer est de nous éduquer autant que possible ainsi que les autres. Et surtout de poursuivre ces conversations pour briser les stigmates.

Pensez-vous que nous pourrions réduire considérablement le harcèlement de rue et la violence contre les femmes en responsabilisant les femmes dès leur plus jeune âge ?

Je pense que l’indépendance des femmes et l’éducation des hommes et des femmes dès leur jeune âge sont des moyens d’éliminer tout type de violence. Nous devons apprendre à vivre et à nous respecter mutuellement et je pense que cette question devrait être enseignée à l’école, parallèlement à l’éducation contre l’intimidation et le racisme.

Cindy Bruna, originaire de Saint-Raphäel en France, est âgée de 25 ans.
Plein écran
Cindy Bruna, originaire de Saint-Raphäel en France, est âgée de 25 ans. © L'Oréal Paris.

Dans quelle mesure vous sentez-vous concernée par le changement climatique ?

Ce qui s’est passé avec la forêt amazonienne et l’Australie m’a vraiment touché plus que je ne pouvais l’imaginer. Tout le monde devrait être concerné, c’est notre responsabilité. Notre planète est notre maison et nous devons la préserver pour les générations futures.

Quels sont vos engagements/actions quotidiennes pour aider à prévenir le réchauffement climatique ?

Je recycle autant que possible, j’achète du vintage et j’essaie d’être plus responsable avec l’utilisation du plastique car je suis de plus en plus consciente de son impact négatif.

 Quelle est votre perception de la France en termes de beauté et de style ?

Je suis française donc pour moi la beauté française c’est être chic sans effort. C’est une allure à adopter, être sûre de soi et être fière de qui on est.