Denis Ducarme,  ministre fédéral des Indépendants et des PME
Plein écran
Denis Ducarme, ministre fédéral des Indépendants et des PME © photo_news

135.000 indépendants ont demandé un revenu de remplacement

CoronavirusEnviron 135.000 indépendants ont introduit une demande pour bénéficier d'un revenu de remplacement, avance le ministre fédéral des Indépendants et des PME, Denis Ducarme, dans L'Echo jeudi.

L'extension du revenu de remplacement pour les indépendants est entrée en vigueur mercredi. "Cette mesure leur offrira une bouffée d'oxygène en termes de trésorerie, et répond à une attente exprimée par de nombreux indépendants, notamment les commerçants et le secteur de l'horeca", explique Denis Ducarme (MR), le ministre des Indépendants et des PME .

"Sur la base d'un premier sondage réalisé auprès des caisses d'assurances sociales, 135.000 indépendants ont déjà introduit une demande pour bénéficier d'un revenu de remplacement pour le mois de mars", souligne son cabinet. Mais ce chiffre pourrait encore évoluer dans les prochains jours.

Montant moyen de 1.500 euros

L'Union des classes moyennes estime pour sa part qu'à "l'échelle du pays, sur 720.000 indépendants à titre principal, il pourrait y avoir 150.000 demandes". Avec un montant moyen de 1.500 euros versés par indépendant, l'UCM estime que cela coûtera 225 millions à l'Inasti chaque mois. "Un budget totalement absorbable par la réserve de trésorerie de l'Inasti qui se monte à plus ou moins 3 milliards", souligne Thierry Evens.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.