Contrôle d'un camion au port d’Anvers, en 2019
Plein écran
Contrôle d'un camion au port d’Anvers, en 2019 © BELGA

2019, année record de saisies de drogue

mise à jourL’année 2019 constitue une année record pour les saisies de drogue en Belgique. Pour la cocaïne, il s’agit d’une croissance de 660% en cinq ans, selon les chiffres communiqués mercredi par l’administration générale des douanes et accises et le ministre des Finances Alexander De Croo.

La cocaïne est la drogue la plus saisie en Belgique. Au port d’Anvers, 119 découvertes été enregistrées l’année dernière, représentant 61,8 tonnes de cocaïne, soit une augmentation de près d’un quart par rapport à l’année précédente. Les trois principaux expéditeurs de drogue dure restent inchangés: le Brésil (15,9 tonnes), l’Équateur (10,6 tonnes) et la Colombie (10,5 tonnes). Les cargaisons d’héroïne et de marijuana saisies à Anvers sont nettement moins importantes, avec respectivement 1,9 tonne et une demi-tonne.

Un chiffre d'affaires comparable à celui d’IBM

Cette hausse des saisies est due à la multiplication des contrôles mais aussi à la hausse de la production de cocaïne. Le chiffre d’affaires annuel de ce trafic en Colombie est aujourd’hui estimé à 80 milliards de dollars, autant que le chiffre d’affaires du géant IBM, illustre le patron des douanes et accises, Kristian Vanderwaeren.

Grues spéciales

La douane travaille actuellement à un contrôle à 100% des conteneurs qui arrivent au port d’Anvers. Les navires en provenance de pays à risque seront déchargés avec des grues capables de détecter la présence de drogues à l’intérieur d’un conteneur. “Nous espérons pouvoir rendre cette technologie opérationnelle d’ici cinq ans”, a commenté le ministre De Croo.

Ce qui ne part pas

Des partenariats sont également menés avec les pays sources où les saisies de cocaïne progressent également, principalement en Amérique du Sud. Près de 27 tonnes n’ont ainsi pas quitté le Brésil alors qu’elles devaient être acheminées vers Anvers, près de 8 tonnes ont aussi été saisies en Colombie mais également 15,6 tonnes aux États-Unis. Au total, plus de 70 tonnes de cocaïne à destination d’Anvers ont été saisies avant leur embarquement.

Pas de demande, pas d’offre

M. De Croo estime encore qu’il faut travailler sur l’approche sociale de la drogue. “Il n’y a pas d’offre s’il n’y a pas de demande”, relève-t-il. “Nous devons nous efforcer à démontrer le coût pour la société de la consommation de drogue. Cela coûte en contrôles, mais nos entreprises souffrent également beaucoup de ce trafic”, ajoute-t-il.