300 postes sont à pourvoir à Plopsa Coo

Le parc d'attractions Plopsa Coo recherche 300 employés dont certains pour des postes permanents et d'autres d'étudiants et saisonniers, a annoncé lundi le parc qui organise une journée de recrutement le 18 février.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Photo News

Plopsa Coo organise le 18 février prochain une "fête de l'emploi". Au cours de celle-ci, les candidats peuvent faire se familiariser avec les différents postes vacants dans une atmosphère détendue.

"Nous recherchons vraiment toutes sortes de profils", a souligné Jean-Luc Bertrand, manager du parc. "Des personnes qui supervisent les attractions, qui accueillent nos visiteurs, qui aident à préparer les repas, à garder le parc en bon état, à gérer les magasins, etc. Il y a d'énormes possibilités", a-t-il conclu.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.