Plein écran
Photo d'illustration © Getty Images

42 appels par jour au service d'écoute pour les victimes de violences conjugales

Le numéro gratuit d'écoute pour les victimes de violences conjugales a été composé 42 fois par jour en moyenne en 2018, rapporte La Dernière Heure lundi.

En 2018, le numéro belge d'appel Écoute Violences conjugales a été composé 15.360 fois, ce qui représente une moyenne de 42 appels par jour, émis par des victimes mais aussi par des professionnels de la santé, des proches inquiets ou même des auteurs d'actes de violence.

Le numéro existe depuis 2009 et dix ans plus tard, la ligne est plus utilisée que jamais. "La violence conjugale est un processus relationnel complexe qui se caractérise par l'emprise d'un partenaire sur l'autre. Ça ne se limite pas à des bleus ou à des coups", précise Jean-Louis Simoens, fondateur de la ligne d'écoute gratuite.
La majorité des victimes (91 %) sont des femmes. "Les auteurs sont essentiellement des hommes.(...) On ne dit pas que tous les hommes sont violents mais c'est un système sexiste qu'il faut dénoncer", poursuit M. Simoens.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école
    Interviews

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. Des files commencent à se former à Brussels Airport
    mise à jour

    Des files commencent à se former à Brussels Airport

    Les agents de la police aéroportuaire ont poursuivi leur grève du zèle samedi matin, mais l’impact vers 09h00 restait toutefois limité aux départs des vols non-Schengen. Les passagers concernés doivent compter au moins trois quarts d’heure d’attente au contrôle des passeports, a indiqué la porte-parole de Brussels Airport, Nathalie Pierard. Il n’y a pour le moment pas d’autre embarras causé aux arrivées ou à proximité des voies d’accès à l’aéroport.