Plein écran
© VTM Nieuws

435 militants d’Extinction Rebellion interpellés: enquête sur l'action policière

MISE À JOURLa police bruxelloise a interpellé samedi après-midi 435 manifestants d’Extinction Rebellion sur la place des Palais et la place Royale, dont 317 ont fait l’objet d’une arrestation administrative. Les autres ont été emmenés au commissariat pour identification et ont été relâchés. Une enquête est menée pour vérifier si la police n’a pas agi de manière excessive dans certaines interpellations.

Extinction Rebellion avait appelé à une occupation des jardins du Palais royal afin d’y tenir des débats citoyens sur la question climatique. Ces jardins se trouvent dans la zone neutre, où les manifestations sont interdites. La police avait dès lors tout prévu pour empêcher cette occupation.

Elle a interpellé 147 activistes qui ont tenté de pénétrer dans les jardins. Un petit groupe a réussi à fouler l’herbe royale. La majorité des manifestants s’est rassemblée sur la place Royale et peu avant 18h00, la police a mis un terme à l’action, utilisant une autopompe et du spray au poivre. Les manifestants ont tenté de résister de manière pacifique mais ont finalement été embarqués.

Une enquête va être ouverte

La police a interpellé 435 manifestants au total, peut-être parfois d’une manière trop dure. Des images montrent par exemple un activiste au sol, aspergé de spray au poivre.

“Il y a effectivement des indications que tout ne s’est pas passé conformément aux règles”, a admis le porte-parole de la police Olivier Slosse. “Ce que les images montrent n’est certainement pas ce qui est prescrit. Cela fera l’objet d’une enquête.”

Plein écran
Arrestations de militants d’Extinction Rebellion. © Marc Baert
  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.