Guy T'Sjoen, responsable de l'endocrinologie à l'UZ Gent.
Plein écran
Guy T'Sjoen, responsable de l'endocrinologie à l'UZ Gent. © Bea Uhart

624 Belges sur liste d'attente pour changer de sexe

Pas moins de 624 citoyens belges attendent un premier entretien en vue d'un changement de sexe, selon les chiffres parus dans Het Laatste Nieuws mercredi. Les hommes qui veulent devenir des femmes doivent patienter, en moyenne, deux ans avant l'intervention. Quant aux femmes qui souhaiteraient devenir des hommes, cela peut même grimper jusqu'à quatre ans.

À l'UZ Gent, les agendas sont tellement remplis qu'on décourage les nombreux patients étrangers à vouloir se faire opérer dans l'institution. La Belgique est l'un des pays pionniers en matière d'opérations de changement de sexe. "Non seulement la qualité des interventions est reconnue, mais l'expertise scientifique y est aussi excellente", relève le docteur Guy T'Sjoen, responsable de l'endocrinologie à l'UZ Gent. 

L'année dernière, 456 Belges se sont inscrits sur les listes dans cet hôpital. 91% d'entre eux ont commencé un traitement hormonal, 52% ont subi une chirurgie génitale. "Et le pic n'a pas encore été atteint.”

  1. Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.