Plein écran
© belga

70 manifestants en soutien à Laurent Louis

BruxellesEnviron 70 personnes se sont rassemblées mardi midi devant le Palais de justice de Bruxelles en soutien à Laurent Louis, poursuivi devant le tribunal correctionnel. Le député fédéral indépendant est prévenu d'outrage au Premier ministre Elio Di Rupo pour l'avoir traité de pédophile, mais aussi de calomnie et de recel de pièces du dossier Dutroux. Il avait notamment montré des photos des rapports d'autopsie de Julie et Mélissa, victimes de Marc Dutroux.

Plein écran
© belga

Les manifestants se sont réunis vers 12h30 en face du Palais de justice, où ils espéraient pouvoir entrer afin d'assister à la comparution en correctionnelle de Laurent Louis. L'accès au Palais de justice leur a toutefois été refusé par la police, dont un dispositif assez important était présent sur place. L'action s'est déroulée sans incident.

Pour rappel, Laurent Louis est prévenu d'outrage à l'égard du Premier ministre Elio Di Rupo qu'il avait traité de pédophile, de calomnie à l'égard d'un journaliste du journal Le Soir qu'il avait qualifié de "protecteur des pédophiles", et enfin de recel de pièces du dossier Dutroux.

Lors d'une conférence de presse en avril 2012, Laurent Louis avait dénoncé l'existence de réseaux pédophiles en Belgique et avait montré deux photos provenant du rapport d'autopsie de Julie et Mélissa, victimes du pédophile Marc Dutroux.


  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.