Plein écran
Bruxelles © © photo_news

À Bruxelles, le transport routier a un réel impact sur la santé

Le transport de marchandises par camions et camionnettes a un impact bien plus élevé sur les coûts de santé qu'estimé jusqu'à présent dans certains quartiers de la capitale, ressort-il d'une étude réalisée dans le cadre d'une thèse de doctorat défendue à la VUB. 

Celle-ci évoque le montant de 51.692 euros par jour, en de nombreux endroits largement supérieur à ceux évalués jusqu'à présent. Selon Nicolas Brusselaers, un des participants au groupe de recherche de la VUB baptisé "MOBI", les chercheurs ont recouru à une nouvelle méthode plus précise d'évaluation de l'impact de la pollution. Là ou d'autres études se sont appuyées sur des données statiques telles que le lieu de domiciliation de la population, celle-ci a notamment tenu compte des déplacements individuels des gens au quotidien dans la ville pour avoir une idée plus précise du nombre de personnes subissant un risque accru d'exposition à des substances nocives et aux particules fines. 

Dans le cas présent, il a également été tenu compte des déplacements des gens, de leur exposition à la pollution sur le trajet domicile travail et aux émissions sur leur lieu de travail où dans certains cas, personne n'est domicilié. 

Toujours selon Nicolas Brusselaers, c'est ainsi que l'on s'est aperçu que la pollution et son impact était largement sous-estimée en certains endroits. Dans le quartier Nord, les niveaux de pollution sont ainsi jusqu'à 45 fois plus élevés que dans les estimations d'une étude précédente. Avec ses collègues professeurs Cathy Macharis et chercheurs Koen Mommens et Tom van Lier, M. Brusselaers a tenté d'évaluer le coût de cette pollution sur foi des modèles existants. Selon lui, celui-ci dépasse 51.000 euros par jour sans les frais couverts par le secteur du transport, supportés par la communauté. 

L'union européenne a estimé à 555.000 le nombre d'Européens qui décèdent chaque année prématurément sous l'effet de la pollution. À Bruxelles, le secteur du transport est responsable de 33% des émissions de particules fines. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.