À Bruxelles, un enfant sur deux grandit dans une famille plurilingue

À Bruxelles, un petit enfant sur deux (49 %) grandit dans une famille où on parle plusieurs langues. C'est ce qui ressort de l'enquête d'une chercheuse de l'ULB réalisée à la demande de l'Observatoire de l'enfant, dont fait écho La Libre Belgique, mardi.

Plein écran
Illustration © Getty Images

Pour la moitié des enfants (51 %), le français est l'unique langue parlée à la maison. Dans 46 % des familles, on parle au moins une autre langue; dans 3 %, au moins deux autres. L'étude ne précise pas lesquelles, mais d'autres travaux menés auprès de la population adulte montrent qu'il s'agit principalement de l'anglais et du néerlandais. 

Arabe, espagnol, italien... 

"Il y a ensuite, dans une moindre mesure, l'arabe, l'espagnol et l'italien, suivis d'autres langues du monde", commente dans La Libre Belgique Perrine Humblet, sociologue et docteure en sciences de la santé publique (ULB), qui accompagne les travaux de l'Observatoire de l'enfant.

Crèches et écoles

Ce plurilinguisme, au moment où le langage émerge, est une nouvelle norme que les institutions doivent prendre en compte, selon elle. Cette nouvelle donne doit notamment être prise en considération dans les crèches et les écoles, notamment.

Valoriser toutes les langues

La chercheuse souligne aussi l'importance de valoriser toutes les langues maternelles. "Les institutions n'ont pas conscience que ces enfants sont dans une pleine richesse de compétences. Si un enfant parle anglais à la maison, on y voit du positif, mais si c'est l'arabe ou le lingala, on risque de considérer le plurilinguisme comme un obstacle", regrette-t-elle.

Il s'agit donc d'utiliser ces langues maternelles, quelles qu'elles soient, comme outil pédagogique pour valoriser toutes les langues.