La conférence se tiendra ce jeudi soir sur le campus du Solbosch de l'ULB.
Plein écran
La conférence se tiendra ce jeudi soir sur le campus du Solbosch de l'ULB. © Photonews

À l’ULB, des étudiants sont loin d’être “Charlie”

Mise à jourUn débat sur la liberté d’expression est organisé ce jeudi à l’ULB en présence de deux membres du journal satirique “Charlie Hebdo.” Et cela ne plaît manifestement pas à tout le monde.

“Charlie Hebdo: cinq ans après – la liberté d’expression c’est fini?”: tel est l’intitulé du débat qui se tiendra ce jeudi soir dans l’auditoire Henri La Fontaine, sur le campus du Solbosch de l’ULB.

Deux membres du journal satirique ont été invités pour l’occasion: Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, et Marika Bret, responsable des ressources humaines au sein de l’hebdomadaire.

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, deux organisations étudiantes, l’Union Syndicale Étudiante et le Cercle Féministe de l’ULB, dénoncent cette invitation qui, selon elles, “permettra une fois de plus à la parole réactionnaire de se faire entendre sur notre campus.”

Réac, Charlie?

“Charlie Hebdo se place en opposition à celleux (celles et ceux en écriture inclusive, NDLR) qui défendent une politique intersectionnelle et remettent en question les privilèges blancs, homme, cis, hétéro, bourgeois, etc. Ainsi, Charlie Hebdo a rejoint depuis longtemps les rangs des réactionnaires de tout poil dans leur dénonciation des ‘nouveaux censeurs’”, écrivent les organisations dans leur communiqué commun.

Comme on peut le lire ci-dessous, elles dénoncent particulièrement un récent édito de Riss, le directeur de la rédaction de Charlie, ainsi que les propos de Gérard Biard qu'il a tenus dans une récente interview à Sud Ouest. Il y dénonçait notamment la “censure moderne” par des groupuscules. Il visait directement des organisations antiracistes et féministes. 

À la lecture des commentaires publiés sur les réseaux sociaux, la position de ces deux organisations ne semble pas forcément partagée par la communauté étudiante. Loin s’en faut.

Le recteur de l’ULB réagit

Yvon Englert, le recteur de l’ULB, a réagi dans l’après-midi à la polémique. 

“L‘ULB et le Centre d’action laïque organisent ce soir une rencontre entre des membres de la rédaction de Charlie Hebdo et des professeur(e)s de l’ULB, 5 ans après l’attentat sanglant qui a coûté la vie à une grande partie de son équipe éditoriale. Ce faisant, l’ULB préserve et promeut des espaces de rencontre, de débat et de contradiction sur des enjeux aussi essentiels que la liberté d’expression. On ne peut que s’en réjouir. C’est dans le débat respectueux que la société citoyenne lutte contre les ténèbres”, a écrit le recteur sur Twitter.

Aucune action protestataire ne sera organisée en marge du débat de ce jeudi soir, a assuré dans l’après-midi un membre du syndicat étudiant. Des questions pourront cependant être posées sur les divergences soulevées lors de la soirée. Aucune mesure de restriction n’est prise à l’encontre des étudiants ne partageant pas l’opinion des journalistes de Charlie Hebdo, selon Nicolas Dassonville, un porte-parole de l’ULB. La sécurité de l’événement est liée à la présence de membres de Charlie Hebdo, la rédaction ayant été la cible d’un attentat il y a 5 ans. La carte d’identité sera exigée à l’entrée de la salle. 

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.