Plein écran
Le polo de la police belge est à vendre au Portugal © rv

À vendre au Portugal: un polo de la police belge pour 10 euros

Des polos appartenant à la police belge sont à disposition pour seulement 10 euros au Portugal. En plus d’être interdite, cette vente est normalement impossible: tout policier doit rendre ses vêtements usagers à son supérieur, qui s’occupe ensuite de les brûler. Prêter ou vendre son uniforme est passible d’une année de prison et de 50.000 euros d’amende.

Dans un magasin du centre commercial de Maia, en banlieue de Porto, vous pouvez acheter un polo de la police belge. L’homme qui a fait cette découverte pendant ses vacances est bien placé pour remonter l’information: il est lui-même policier depuis des années. Son partage sur le groupe Facebook “Thin Blue Line Belgium” a lancé une petite polémique. D’un point de vue sécuritaire, cette vente peut comporter un risque si une personne dangereuse parvient à se procurer le vêtement et à l’utiliser.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un système normalement obligatoire a été mis en place par la police. Les vieux vêtements doivent être redonnés au chef de corps, qui les fait brûler via une société spécialisée. Si un policier prête ou vend son uniforme, il encourt un an de prison et une amende de 50.000 euros. Idem pour l’acheteur.

Alors comment ce polo a-t-il bien pu se retrouver à des milliers de kilomètres de la Belgique? Le mystère demeure et pourrait ne pas être résolu: aucune enquête n’a été ouverte au Portugal. Mais cette alerte donnée par un policier montre que la problématique de l’uniforme est prise au sérieux. “Le fait qu’un policier ait lui-même partagé cette photo prouve que cette conscience existe”, se réjouit Sarah Frederickx de la police fédérale.

  1. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.
  2. Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coûte-t-il près de 2 millions d’euros?

    Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coû­te-t-il près de 2 millions d’euros?

    La petite Pia, un bébé de neuf mois, est atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare qui se caractérise par une faiblesse musculaire progressive. Seul le Zolgensma, un médicament disponible uniquement aux Etats-Unis, pourrait sauver la petite. Coût du produit: 1,9 millions d’euros. Question que tout le monde se pose: comment un traitement capable de sauver une vie humaine peut-il coûter si cher?
  3. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.