Plein écran
. © Twitter @michelhenrion

Abattage rituel: la vidéo qui embarrasse Didier Reynders

Mise à jourDans une vidéo filmée par un smartphone avant la polémique sur le tract d’Ecolo, Didier Reynders affirme que le MR n’a pas l’intention d’interdire l’abattage rituel à Bruxelles. “Ce n’est pas avec nous que cela se fera”, indique le président du MR bruxellois. Le vice-premier ministre tient-il un double discours ou a-t-il simplement changé d’avis? Le principal intéressé a rapidement réagi et a tenu à clarifier ses propos.

L’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement est déjà entrée en vigueur le 1er janvier 2019 en Flandre et la Wallonie lui emboîtera le pas au 1er septembre. Bruxelles n’a par contre pas encore pris d’ordonnance en ce sens. 

Le débat sur l’abattage rituel s'est récemment invité dans la campagne après la diffusion à Laeken d’un tract communautariste de l’Ecolo Zoé Genot. Dans ce tract, condamné ensuite par le parti, on pouvait lire qu’Ecolo, se montre favorable “à l’autorisation de l’abattage sans étourdissement dans le cadre des sites religieux à Bruxelles.”

Les réactions des politiques n’avaient pas traîné. Le MR, par la voix de son directeur de la communication Christophe Cordier, avait dénoncé le “racolage communautariste” de ce tract.

Double discours?

Dans une interview croisée avec la co-présidente d’Ecolo Zakia Kathabi (à lire dans les colonnes du Soir ce vendredi), Didier Reynders indique être pour l’interdiction de l’abattage rituel. Or, le vice-premier ministre libéral ne semble pas tenir le même discours sur le terrain.

Comme on peut l’entendre dans une vidéo partagée par le chroniqueur de RTL Michel Henrion, Didier Reynders, assis aux côtés de David Weytsman, candidat MR au parlement bruxellois, assure à son interlocuteur ne pas vouloir interdire l’abattage rituel à Bruxelles.

“On a trouvé à Bruxelles des solutions jusque à présent qui me paraissent tout à fait praticables”, explique entre autres M. Reynders, interrogé sur cette question lors d’un événement de campagne. “On a fait le nécessaire pour que le débat ne monte pas au parlement bruxellois”, précise le député David Weytsman, avant d’ajouter que le seul parti favorable à une telle interdiction dans la capitale, “c’est Ecolo”. 

 “Ce n’est pas avec nous que cela se fera”, confirme Didier Reynders, justifiant sa position en évoquant les “différences” qui existent entre la Wallonie et Bruxelles sur ce sujet. “Il n’y a pas de raisons d’avancer sur cette voie-là”, précise encore Didier Reynders.

D’après Michel Henrion, cette vidéo a été filmée avant la polémique sur le tract d’Ecolo.

Didier Reynders réagit

Didier Reynders a rapidement réagi à la vidéo mise en ligne par Michel Henrion. Il confirme que le MR veut imposer l’abattage avec étourdissement. “Pas interdire l’abattage dans le cadre d’une fête religieuse mais bien respecter le bien-être animal”, souligne-t-il dans une réponse publiée sur Twitter.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.
  2. Des membres belges du forum néonazi Iron March démasqués

    Des membres belges du forum néonazi Iron March démasqués

    Plusieurs Belges apparaissent parmi les noms des membres d’Iron March, un forum en ligne pour néonazis. Sans fard, ils s’y disent homophobes, islamophobes et antisémites, prêt à l’action au travers de milices locales. Le journal flamand De Morgen a eu accès aux données de quelques uns des participants, après que le site a été hacké. Parmi eux, au moins quatre Flamands, un Wallon et une Française résidant à Bruxelles.