Le commissaire général de la police fédérale, Marc De Mesmaeker.
Plein écran
Le commissaire général de la police fédérale, Marc De Mesmaeker. © Photo News

Affaire Chovanec: l’actuel commissaire général de la police fédérale mis au courant en 2018

L'actuel commissaire général de la police fédérale, Marc De Mesmaeker, confirme avoir reçu en février 2018 un e-mail relatant l'incident survenu à l'aéroport de Charleroi (BSCA), qui avait mené au décès de Jozef Chovanec. À l'époque, il était directeur général du secrétariat administratif et technique Intérieur (SAT), qui fait le lien entre la police intégrée et le cabinet du ministre de l'Intérieur. Dans un communiqué, il estime que le SAT et lui-même ont agi de façon transparente et correcte, et conformément aux responsabilités du secrétariat.

  1. Suicide d’une ado de 14 ans après un viol dans un cimetière à Gand: le tribunal correctionnel se déclare incompétent

    Suicide d’une ado de 14 ans après un viol dans un cimetière à Gand: le tribunal correction­nel se déclare incompé­tent

    L’affaire concernant un viol commis en mai 2021, dans le cimetière gantois Westerbegraafplaats, après lequel une jeune fille de 14 ans s’était suicidée, doit être traitée par une cour d’assises car il existe un lien de causalité entre l’agression sexuelle et le suicide. C’est ce qu’a estimé jeudi le tribunal correctionnel de Gand qui s’est déclaré incompétent pour statuer sur la culpabilité des deux prévenus majeurs. Les parties peuvent encore faire appel du jugement.
  2. La carrière politique de Jan Jambon tient-elle à un fil?
    Affaire Chovanec

    La carrière politique de Jan Jambon tient-el­le à un fil?

    La mort controversée de Jozef Chovanec ébranle désormais le monde politique. Première cible: Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur au moment des faits. Lorsque les images sont apparues dans la presse la semaine dernière, l’actuel ministre-président flamand a assuré qu'il n’avait jamais eu vent de cette histoire. Pourtant, son cabinet était bel et bien au courant, a lâché son successeur Pieter De Crem hier en commission de la Chambre. Dans la tourmente, “Sterke Jan” plaide la bonne foi mais il va devoir s'expliquer. S’il n'est pas encore menacé, Jan Jambon sait qu’il risque gros dans cette affaire.