Plein écran

Affaire De Decker-Sarkozy: vers une commission d'enquête?

Ce week-end, le journal français "Le canard enchaîné" rapportait dans ses colonnes que Nicolas Sarkozy aurait fait accélerer le vote de la loi sur la transaction pénale en Belgique par l'entremise d'Armand De Decker, qui était alors vice-président du Sénat. Une affaire sur laquelle Olivier Maingain veut "faire la lumière", écrit Le Soir.

Plein écran
Olivier Maingain, président du FDF © photo_news

"Le canard enchaîné" révélait que le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev aurait conditionné un marché avec la société aéronautique EADS au fait que Nicolas Sarkozy, président en exercice à l'époque, tire d'affaire le milliardaire Patokh Chodiev, un ami du président kazakh, impliqué, en Belgique, dans le dossier de corruption Tractebel. Installé en Belgique et naturalisé, M. Chodiev et deux associés kazakhs étaient poursuivis pour blanchiment, faux en écriture et association de malfaiteurs.

Des conseillers de Nicolas Sarkozy auraient dès lors pris contact avec Armand De Decker afin de s'assurer que la proposition de loi sur l'extension de la transaction pénale à une série de délits serait votée rapidement et s'appliquerait à M. Chodiev et ses deux coïnculpés.

Adoptée sans délai
La proposition de loi, déposée à la Chambre le 11 février 2011, examinée par le Sénat dès le 18 mars et entrée en vigueur le 16 mai, soit un délai très court pour l'adoption d'une nouvelle loi dans notre pays.

Durant l'été 2011, Patokh Chodiev et ses amis obtenaient l'abandon des poursuites contre le paiement d'une somme de 23 millions d'euros. Quelques jours plus tard, le président kazakh signait les contrats de vente de quarante-cinq hélicoptères avec la France.

"Extrême gravité"
Bien qu'Armand De Decker a démenti l'information, le chef de file du FDF n'entend pas en rester là. Olivier Maingain a l'intention de réclamer une commision d'enquête parlementaire, jugeant le sujet "d'une extrême gravité". "J'ai replongé ce week-end dans mes archives et mes notes de l'époque, j'ai refait l'historique de tout ceci, et je m'interroge...", explique Olivier Maingain qui voit dans cette affaire "une possible atteinte à la plénitude du pouvoir législatif et au fonctionnement démocratique du parlement fédéral".

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.
  2. Affaire des visas humanitaires: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Affaire des visas humanitai­res: le parquet en appel de la libération sous conditions de Melikan Kucam

    Le parquet a décidé mercredi d'interjeter appel contre la décision de la chambre du conseil d'Anvers, mardi, de libérer sous conditions Melikan Kucam. L'ex-conseiller communal N-VA à Malines, soupçonné d'avoir monté une fraude dans l'attribution de visas humanitaires, doit donc continuer à porter un bracelet électronique. L'affaire sera traitée dans les 15 jours par la chambre des mises en accusation.