Affaire Mathot: le calendrier a été fixé et le procès débutera le 2 avril

Le tribunal correctionnel de Liège a déterminé jeudi un calendrier de procédure afin d'examiner le dossier d'Alain Mathot, poursuivi pour des faits de corruption dans le cadre de la construction de l'incinérateur de déchets Uvelia à Herstal. L'audience d'instruction du dossier aura lieu le 2 avril tandis que les plaidoiries se tiendront le 3 septembre.

- Séance plénière de la Chambre- Plenaire vergadering van de Kamer* Alain Mathot24/1/2013pict. by Didier Lebrun / © Photo News
Plein écran
- Séance plénière de la Chambre- Plenaire vergadering van de Kamer* Alain Mathot24/1/2013pict. by Didier Lebrun / © Photo News © Photo News

Alain Mathot est suspecté de faits de corruption dans le cadre de la construction de l'incinérateur de déchets à Herstal. Il sera le dernier des différents protagonistes de ce dossier à être jugé par le tribunal.

Douze prévenus ont déjà été jugés pour ces faits. Onze condamnations ont été confirmées en cour d'appel, avec des sanctions allant jusqu'à un maximum de deux ans de prison avec sursis. Contrairement aux autres prévenus, Alain Mathot n'avait pas été renvoyé devant le tribunal correctionnel car son immunité parlementaire n'avait pas été levée et la procédure contre lui avait été suspendue. Depuis qu'il a quitté ses activités en politique, le parquet avait relancé la procédure et obtenu son renvoi devant le tribunal.

L'affaire sera examinée par un nouveau siège à trois juges, présidé par la juge Jacquemart. L'instruction d'audience aura lieu le 2 avril à 14h00. Les différentes parties échangeront ensuite leurs conclusions. L'examen de l'affaire reprendra le 3 septembre à 08h30 pour réquisitoire et plaidoiries.

Les différentes parties ont annoncé un total de dix heures d'interventions. La défense d'Alain Mathot, Me Jean-Philippe Mayence et Me Audrey Marc, a réclamé cinq heures de plaidoiries. Le parquet a sollicité deux heures de réquisitoire.

Les avocats de la défense ont aussi sollicité lors de l'audience d'introduction le dépôt de certaines pièces concernant la décision de non-levée de l'immunité parlementaire d'Alain Mathot, de dossiers relatifs aux plaintes déposées en rapport à la violation du secret de l'instruction et d'une procédure déposée en France pour laquelle l'ancien député-bourgmestre de Seraing a déposé une plainte contre Philippe Leroy, l'accusateur d'Alain Mathot et ex-patron d'Inova France.