Plein écran
© BELGA

Air Belgium postpose la reprise de ses vols vers les Antilles françaises

Le gouvernement fédéral belge a annoncé l’interdiction de voyager jusqu’au 15 juin 2020 inclus. Cela a forcément des conséquences sur les aéroports belges et les différentes compagnies aériennes qui y séjournent. C’est notamment le cas pour Air Belgium.

Air Belgium ne reprendra pas ses vols à destination de la Guadeloupe et de la Martinique avant le 24 juin, annonce mercredi la compagnie aérienne sur son site internet. Les vols auraient normalement dû reprendre le 3 juin au départ de l’aéroport de Charleroi. Les passagers concernés par un report de vol seront contactés dans les prochains jours.

L’interdiction de voyage jusqu’au 15 juin décrétée par le gouvernement fédéral belge est l’une des raisons de ce report, mais elle n’est pas la seule: “Comme toute autre compagnie, nous restons totalement tributaires de la réouverture des destinations aux vols en provenance de l’Europe ainsi que des mesures d’accueil réservées aux passagers et touristes internationaux. À ce titre et comme les compagnies françaises, nous attendons toujours une communication officielle et claire de l'État Français.”

Sécurité

La compagnie aérienne dit également échanger régulièrement avec les régions et les aéroports concernés par les destinations qu’elle dessert: “A cette heure, les Autorités compétentes n’ont pas encore confirmé de façon définitive quelles seraient les mesures à respecter ainsi que les conditions de reprise.”

Car le retour aux affaires ne se déroulera pas comme cela était de mise avant la crise du coronavirus: “Reprendre la route des Antilles est notre priorité. Cela étant dit et comme annoncé, notre autre priorité est de garantir une sécurité maximale à nos passagers et à notre personnel. À cette fin, plusieurs mesures sanitaires spécifiques seront mises en place.”

Pour l’instant, celles-ci ne sont pas encore définies.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.