Alain Destexhe quitte le MR et crée "une sorte de N-VA francophone"

VideoLe député bruxellois et sénateur MR Alain Destexhe annonce officiellement son départ de la maison libérale, dans un entretien à La Libre et la Dernière heure publié mercredi. Il lance un nouveau parti baptisé provisoirement "Liste Destexhe" en vue des élections du 26 mai prochain. Une sorte de "N-VA francophone".

"Les citoyens wallons et bruxellois ne se reconnaissent plus dans l'offre politique actuelle sur l'immigration, la bonne gouvernance, le nucléaire, les dépenses publiques... J'estime que les prises de position récentes du MR ne permettent plus au courant de centre droit et de droite classique d'être représenté en Belgique francophone. Voilà tout le sens de ma démarche", détaille l'élu.

Alain Destexhe lance un appel à "tous les Bruxellois et Wallons" à le rejoindre, lui et un "petit nombre de personnes" que son projet a jusqu'ici convaincus.

Le point de rupture définitif avec le MR s'est produit lors du vote sur le pacte de l'Onu sur les migrations, explique encore M. Destexhe, qui regrette d'avoir été le seul parlementaire francophone à voter contre.

L'immigration, que l'outsider souhaite "freiner", constitue vraisemblablement un des éléments phares de son programme. "J'assume le fait que nous serons une N-VA francophone, sans le confédéralisme évidemment."

Des listes sous le nom "Liste Destexhe" seront présentées pour les scrutins bruxellois, wallon et européen.

Plein écran
Didier Reynders © belga

"Il s'est exclu du MR"
"Alain Destexhe s'est exclu du MR en se présentant sur une autre liste", a affirmé mercredi matin le porte-parole du MR, Christophe Cordier, après la sortie du sénateur et député bruxellois dans un entretien accordé à la presse pour annoncer qu'il créait "un nouveau parti" de droite.

"Nous avons appris la nouvelle via la presse ce matin", a indiqué Christophe Cordier, avant de préciser: "les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l'auto-exclusion".

Selon le porte-parole des libéraux francophones, les discussions échangées ces dernières semaines entre Didier Reynders (vice-Premier ministre et président de la fédération bruxelloise du MR), Olivier Chastel (président du parti jusqu'il y a une dizaine de jours) et Alain Destexhe n'ont porté que sur la place que pourrait occuper le député-sénateur, et non sur le programme. "La place qu'on lui proposait ne lui convenait-elle pas? ", s'est interrogé M. Cordier.

Au delà de cet incident, le parti libéral dit poursuivre son travail programmatif qui est participatif. "Tous les membres et non-membres peuvent apporter des amendements au programme, lequel sera soumis au vote des militants lors d'un congrès organisé fin mars".

  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.