Plein écran
Alain Mathot. © Photo News

Alain Mathot sera bel et bien jugé à Liège, sa requête en dessaisissement est rejetée

La Cour de cassation a rejeté mercredi la requête en dessaisissement de la justice liégeoise introduite par Alain Mathot. L’ancien bourgmestre de Seraing est suspecté de corruption dans le cadre de la construction de l’incinérateur d’Intradel à Herstal. Il souhaitait ne pas être jugé à Liège pour cause de “suspicions légitimes”.

La Cour a finalement rejeté la requête, après avoir, en août dernier, estimé qu’elle “n’était pas manifestement irrecevable”, s’accordant encore du temps avant de trancher.

L’ancien bourgmestre de Seraing est suspecté de corruption dans le cadre de la construction de l’incinérateur d’Intradel à Herstal. Mais il ne souhaitait pas être jugé à Liège car, selon son conseil, Me Jean-Philippe Mayence, il a déjà été en quelque sorte jugé au travers des précédents procès qui se sont tenus à Liège dans ce même dossier, pour lequel étaient jugées d’autres personnes.

“Il est étonnant que, dans deux décisions, la justice a déjà apprécié sa culpabilité alors qu’il n’était pas présent. C’est contraire aux règles les plus élémentaires. Nous imaginons mal qu’il puisse être jugé à Liège dans la sérénité”, avait expliqué, fin juillet, Me Mayence. 

  1. Images insoutenables de singes et de chiens dans un laboratoire, deux sociétés belges concernées

    Images insoutena­bles de singes et de chiens dans un laboratoi­re, deux sociétés belges concernées

    L'entreprise de biotechnologie gantoise Argenx a ouvert une enquête après une vidéo montrant notamment des singes et des chiens maltraités dans un laboratoire allemand qui effectue des tests sur des animaux. "Ces images sont effrayantes", a déclaré mercredi un porte-parole. Si la véracité des images venait à être attestée, le contrat avec ce laboratoire pourrait être rompu.
  2. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.