Plein écran
Clinique Saint-Jean (archives) © photonews

Alerte à la bombe à la clinique Saint-Jean: rien de suspect détecté

Mise à jourRien de suspect n’a été détecté samedi soir à la suite de l’appel téléphonique passé vers 19h par une personne menaçant de commettre un attentat ciblant la clinique Saint-Jean à Saint-Josse-ten-Noode, a indiqué un porte-parole de la zone de police Bruxelles-capitale/Ixelles. La police a inspecté tout le bâtiment mais n’a rien trouvé.

Le contrôle de tous les locaux a été effectué par des agents de la police Bruxelles-capitale/Ixelles, en collaboration avec la police de Bruxelles-Nord et la clinique elle-même.

Rien de suspect n’a été détecté, mais la police reste vigilante aux alentours de l’hôpital.

Samedi soir, tous les accès au bâtiment avaient été bloqués. Le service des urgences a rouvert aux patients tard samedi soir et la clinique est de nouveau accessible normalement dimanche.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.