Ce char avait fait polémique.
Plein écran
Ce char avait fait polémique. © Rutger Lievens

Alost retire son carnaval du patrimoine de l'Unesco: “Nous ne sommes ni antisémites ni racistes”

Mise à jourLe bourgmestre d’Alost Christoph D’Haese (N-VA) a lui-même retiré le carnaval alostois de la liste du patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco, a-t-il annoncé dimanche à TV Oost Nieuws et VTM NEWS. La ville a pris cette décision car elle s’attend au retrait de cette reconnaissance mi-décembre, à cause d’un char accusé de véhiculer des clichés antisémites. Alost ne veut plus de la “belle-mère Unesco”, ajoute son bourgmestre.

L’année dernière, un char de la compagnie Vismooil’n avait entraîné l’événement folklorique sur le chemin de la polémique. Il transportait des personnages juifs caricaturaux défendant un coffre que l’on supposait rempli d’argent. Des organisations juives avaient alors dénoncé les “conséquences désastreuses” de la diffusion de “préjugés antisémites extrêmement chargés”.

Malgré plusieurs rencontres entre les parties concernées et une visite du bourgmestre d’Alost à l’Unesco, à Paris, aucun compromis n’a cependant été trouvé. Alost est convaincu que son carnaval sera exclu de la liste du patrimoine immatériel de l’humanité mais ne veut pas être censuré, explique Christoph D’Haese. “Les habitants d’Alost ont subi des reproches grotesques”, ajoute-t-il dans un communiqué de presse. “Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Tous ceux qui soutiennent cela sont de mauvaise foi. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire.”

La ville a donc décidé de retirer elle-même son carnaval de la liste de l’Unesco et l’annoncera formellement à l’organisation cette semaine.

Le carnaval d’Alost ne changera pas, promet le bourgmestre

Christoph D’Haese dénonce par ailleurs l’attitude de l’Unesco dans ce dossier et évoque une enquête “biaisée”. “Pour le grand public, nous restons une grande fête folklorique avec un caractère moqueur, anarchiste et politico-socialement satirique.”

Le carnaval d’Alost ne changera pas ses habitudes lors des prochaines éditions, annonce-t-il.

Pour l’Association juive européenne (EJA), la manifestation ne méritait clairement plus une telle reconnaissance, et elle a donc anticipé la sanction de l’Unesco. “Malgré les critiques, malgré des images manifestement antisémites, et plutôt que de reconnaître les torts, le bourgmestre s’est montré provocateur et cynique”, déplore dans un communiqué le rabbin Margolin, président de l’organisation. “Il est triste de constater que l’occasion de redonner au carnaval des valeurs universelles de savoir-vivre n’a pas été saisie.”

Le caractère antisémite de la dernière édition de l’événement ne faisait aucun doute, selon l’EJA. La manoeuvre annoncée ce dimanche n’est qu’une manière pour la ville de sauver la face, estime-t-elle. 

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.