Antisémitisme au carnaval d'Alost? Le bourgmestre au siège de l'Unesco

Ce mardi, une délégation belge se rendait au siège de l'Unesco à Paris pour y défendre le carnaval d'Alost. Après une discussion informelle, le bourgmestre Christoph D'Haese se montrait plutôt confiant quant au fait que les intentions des créateurs du char ayant créé la polémique avaient été comprises. 

Plein écran
© Joel Hoylaerts / Photo News

Ce char, qui exhibait des caricatures géantes de juifs orthodoxes assis sur des sacs d'or, avait suscité l'indignation de nombreuses organisations dont celle d'une agence de l'Onu, ce qui pourrait provoquer le retrait du carnaval de la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. La décision doit être tranchée en décembre.

“Droit à la liberté d’expression”

Une délégation belge, au sein de laquelle figuraient le bourgmestre et un échevin alostois ainsi que des représentants des gouvernements flamand et fédéral, s'est donc rendue à Paris mardi. Le bourgmestre a présenté aux représentants internationaux présents le contexte du carnaval d'Alost. "Nous avons insisté sur le droit à la liberté d'expression, au ridicule et à la satire", a-t-il expliqué.