Antisémitisme au carnaval d'Alost? Le bourgmestre au siège de l'Unesco

Ce mardi, une délégation belge se rendait au siège de l'Unesco à Paris pour y défendre le carnaval d'Alost. Après une discussion informelle, le bourgmestre Christoph D'Haese se montrait plutôt confiant quant au fait que les intentions des créateurs du char ayant créé la polémique avaient été comprises. 

Plein écran
© Joel Hoylaerts / Photo News

Ce char, qui exhibait des caricatures géantes de juifs orthodoxes assis sur des sacs d'or, avait suscité l'indignation de nombreuses organisations dont celle d'une agence de l'Onu, ce qui pourrait provoquer le retrait du carnaval de la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. La décision doit être tranchée en décembre.

“Droit à la liberté d’expression”

Une délégation belge, au sein de laquelle figuraient le bourgmestre et un échevin alostois ainsi que des représentants des gouvernements flamand et fédéral, s'est donc rendue à Paris mardi. Le bourgmestre a présenté aux représentants internationaux présents le contexte du carnaval d'Alost. "Nous avons insisté sur le droit à la liberté d'expression, au ridicule et à la satire", a-t-il expliqué.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.