Plein écran
Belgium climate activist Anuna De Wever takes part in a student rally organized by "Youth For Climate" and urging pupils to skip classes to protest against the lack of climate awareness, on May 17, 2019 in Brussels. (Photo by EMMANUEL DUNAND / AFP) © AFP

Anuna De Wever: “La percée du Vlaams Belang? Cela ressemble à un retour en arrière”

La percée du Vlaams Belang a aussi été une énorme surprise pour Anuna De Wever. "C'est comme si nous étions de retour en arrière", a déploré l'initiatrice des marches pour le climat qui ont eu lieu durant vingt semaines partout en Belgique, dans le but de donner un élan en faveur d'une politique climatique forte.

"C'est comme si nous étions de retour en arrière et en tant que jeune, je dois recommencer à convaincre les adultes et les politiciens qu'une crise existentielle est à venir", explique-t-elle. 

"C'est un problème, car le climat n'est pas la priorité de la N-VA et du Vlaams Belang, et ce sont maintenant les deux partis les plus importants de Flandre. Heureusement, la tendance n'est pas la même en Wallonie et à Bruxelles", remarque Anuna De Wever.

L'arrêt progressif de l'énergie nucléaire, la réduction des voitures de société sur les routes ou l'augmentation des prix des billets d'avion ne sont pas une priorité pour les partis de droite en Flandre. "Ce sont des partis où seule la migration est la priorité. C'est dommage, parce que la Flandre a choisi l'archaïque et c'est extrêmement dommageable pour la transition climatique dont nous avons besoin. Je suis en fait choquée, parce que j'avais senti qu'avec notre génération, nous avions donné un signal très fort", regrette encore la jeune femme.