Maggie De Block.
Plein écran
Maggie De Block. © Belga

Appelée à démissionner, Maggie De Block répond: “Je travaille jour et nuit”

Dans une lettre ouverte publiée mardi après-midi sur le site du Vif, la CSC-Services publics réclame la démission de Maggie De Block. “Pourquoi êtes-vous encore à votre poste?”, interroge le syndicat chrétien. Cible de nombreuses critiques, la ministre de la Santé Publique assure “travailler jour et nuit”. 

Non, Maggie De Block ne compte pas renoncer à ses fonctions. Invitée par la CSC-Services publics à démissionner en raison “d’erreurs” dans la gestion de la pandémie du coronavirus, la ministre de la Santé Publique a répondu dans les colonnes du groupe Sudpresse. 

“Je n’ai pas le temps de jouer les Caliméro”, clame-t-elle. “Je travaille jour et nuit pour gérer cette crise sanitaire, dans l’intérêt de tous.” Sa priorité? “Protéger au mieux nos citoyens, surtout les plus vulnérables et nos prestataires de soins qui font un travail remarquable." 

“Manque total et inconscient de prévoyance”

Dans une lettre ouverte publiée mardi, le syndicat chrétien pointe un “manque total et inconscient de prévoyance” et estime notamment que le “non renouvellement du stock stratégique des masques FFP2, met vraiment en danger les personnes de première ligne ainsi que les patients”. 

“Après cette grave erreur dont vous ne cessez de rejeter la faute, nous avons dû vivre également l’épisode de la commande de masques ‘soi-disant ratée’, à cause du non-paiement anticipatif de votre SPF Santé publique (...) Pendant tout ce temps, les personnes de première ligne ont été mal protégées, et malheureusement certains travailleurs ont contracté le coronavirus et ont pu le transmettre à des patients et en l’occurrence.”

Le syndicat chrétien dénonce également“un manque de transparence vis-à-vis du monde scientifique, puisque les épidémiologistes ont dû se plaindre auprès de Sciensano pour avoir des données primordiales pour la continuité de leur travail”.

  1. Un faux infirmier viole les règles anti-Covid: quatre mois avec sursis
    Wavre

    Un faux infirmier viole les règles an­ti-Co­vid: quatre mois avec sursis

    Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a examiné vendredi, dans le cadre d'une procédure accélérée, un dossier qui avait fait du bruit le 1er avril dernier. En plein confinement, un homme déguisé en infirmier avait fait irruption dans un magasin de Limal (Wavre). Ne respectant pas les règles de distanciation sociale vis-à-vis du personnel ou des autres clients, il prenait des produits avant de les reposer dans les rayons, éternuait allègrement et avait léché sa carte bancaire avant de payer à la caisse. Une peine de quatre mois de prison avec sursis ainsi qu'une amende ont été requises.