Plein écran
© Photo News

Après 6 ans d’abstinence, l’alcool à nouveau autorisé à la police

Des boissons alcoolisées peuvent à nouveau être servies dans les rangs de la police fédérale, après six ans d'abstinence absolue, a décrété le nouveau commissaire général Marc De Mesmaeker, rapportent Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg samedi.

M. De Mesmaeker a fait part de sa décision dans une note interne: "L'interdiction totale est néfaste pour la cohésion sociale", justifie-t-il. "Beaucoup de bonnes initiatives caractéristiques de la culture de la police fédérale ont disparu". 

Avec modération 

Avec la nouvelle mesure, le commissaire général espère offrir à son personnel l'opportunité de "célébrer des moments importants dans une carrière ou un service". "Bien entendu de manière décente", précise la note.

La levée de l'interdiction ne porte que sur les boissons peu alcoolisées. Les alcools forts restent interdits. La consommation d'alcool durant le service reste aussi interdite.

La précédente commissaire-générale Catherine De Bolle avait décrété une interdiction totale des boissons alcoolisées entre 2012 et 2018.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.