Plein écran
© Photo News

Après Fleurus, trois communes de la région de Charleroi interdisent le retour d’élèves en classe

Fleurus a été la première ville en Wallonie à aller à l’encontre des recommandations du Conseil National de Sécurité (CNS) à propos de la reprise partielle des cours dans les écoles le 18 mai prochain. Mais désormais, trois autres communes de la région de Charleroi lui enjoignent le pas.

Pont-à-Celles, Chapelle-lez-Herlaimont et Aiseau-Presles n’autoriseront pas certains de leurs enfants à reprendre les cours lundi prochain. C’est ce qu’elles ont toutes annoncé officiellement.

Pont-à-Celles

La dernière commune à avoir adopté cette position est celle de Pont-à-Celles: “En accord avec les Directions scolaires ainsi que les organisations syndicales, le Collège communal de ce 13 mai 2020 a décidé de privilégier l’accueil, dans les écoles communales, de tous les enfants qui en auraient besoin, et en conséquence de ne pas organiser la reprise de la scolarité des élèves de sixième primaire, ce lundi 18 mai 2020.”

Elle en détaille la raison dans son communiqué de presse: “Alors que la reprise des activités économiques et professionnelles conduira plus que vraisemblablement à une augmentation des enfants à accueillir dans les écoles communales, la reprise des activités d’enseignement pour les élèves de sixième primaire réduirait considérablement la capacité d’accueil des implantations scolaires communales et compliquerait de manière très importante l’accueil des enfants dans celles-ci, au vu des conditions de sécurité préconisées tant pour les enfants que pour le personnel enseignant.”

En d’autres termes, les établissements scolaires dont la commune a la responsabilité ne s‘estiment pas en mesure de répondre favorablement aux instructions du CNS: “Le respect de ces deux obligations (reprise des cours pour les enfants de sixième primaire d’une part, et accueil des enfants ne disposant pas de solution de garde d’autre part) était donc impossible à assurer simultanément, et ce encore plus si l’on veut avoir la garantie de respecter les conditions de sécurité très strictes imposées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.”

Néanmoins, cette décision est également le résultat d’un point de vue philosophique: “Après concertation avec les Directions scolaires, l’intérêt pédagogique de faire recommencer la scolarité des élèves de sixième primaire ce 18 mai paraissait extrêmement limité, pour ne pas dire inexistant (une dizaine de jours de scolarité, avec des classes incomplètes, sans nouvelle matière, et sans aucune influence sur le CEB…), d’autant que toutes les aides aux élèves connaissant des difficultés scolaires peuvent être et sont assurées par les enseignants indépendamment de cette éventuelle reprise.”

L’accueil des enfants reste toutefois possible en cas de nécessité, “de préférence en ayant averti le personnel enseignant préalablement, via la Direction, pour des raisons d’efficacité d’organisation et de sécurité.”

Chapelle-lez-Herlaimont

De son côté, la commune de Chapelle-lez-Herlaimont n’accueillera ni les élèves de sixième primaire, ni ceux des premières et deuxièmes années primaires: “Nous avons pris connaissance des obligations sanitaires édictées par la Fédération Wallonie-Bruxelles conditionnant l’éventuelle reprise des cours pour les élèves de sixième année primaire en date du 18 mai 2020 et éventuellement des premières et deuxièmes années primaires en date du 25 mai 2020. Sur base de notre analyse concrète des conditions réelles de terrain, en collaboration avec les directions d’écoles, les responsables des services Enseignement et Petite Enfance et l’avis du Conseiller en prévention de l’administration, il apparaît qu’il nous est impossible de répondre à l’ensemble de ces exigences.”

Par conséquent, il n’y aura pas de reprise des cours dans la commune d’ici le 30 juin prochain: “Nous pensons qu’il est préférable de nous concentrer sur l’organisation des garderies destinées à accueillir les enfants des parents qui doivent reprendre le travail et qui n’ont aucune possibilité de garde.”

Cependant, la transmission des devoirs à domicile sera maintenue.

Aiseau-Presles

À Aiseau-Presles, la décision est identique. Les enseignants et les directeurs d’école n’ont pas donné leur feu vert à une reprise partielle des cours. C’est surtout le respect de la distanciation sociale qui leur paraissait compliquée à faire respecter. Le conseiller en prévention de la commune et la commission paritaire locale ont également été impliqués dans la réflexion.

Par ailleurs, le service de garderie continuera à être assuré avec toutes les mesures de précaution nécessaires au bon déroulement des opérations.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.